Bascule-moi...

Ici nous n’avons plus aucun pouvoir. La douceur est seule maître, c’est elle qui nous possède, elle fera de nous ce qu’elle désire. Nous sommes sous sa coupe, les douces victimes consentantes de son si délicieux poison qui s’infiltre déjà doucement en nous.

J’aime cette ambiance. Tu as tout mis en scène pour nous. Remplissant la baignoire d’eau chaude, y mêlant des petites billes fondantes à la vanille.

Elles ont produit une mousse dense et soyeuse, son parfum a empli la pièce.

 

J’aime beaucoup l’effet magique de toutes ces bougies flottantes déposées sur la mousse du bain. Je suis juste là, assise sur le rebord de la baignoire. Vêtue de mon plus simple appareil, nue sous tes yeux Ian. Je sens ton regard qui dévale sensuellement mes courbes.

Je me retourne pour t’offrir un regard doux, plein de désir. Tu éveilles en moi tant de tendresse. Ma sensualité s’en trouve décuplée, magnifiée. Tes yeux me font savoir combien tu me trouves tentante, excitante. Tes envies de m’explorer sont palpables. Tu es brûlant. Je suis fautive, ce feu qui sévit en toi je l’ai allumé, j’en suis ravie.

Tu es alangui dans l’eau, seul ton visage, ton cou et tes épaules ne sont pas recouverts de mousse. Je ne vois pas le reste de ton corps, j’imagine qu’il est dans le même état que ton sexe…tendu à l’extrême…

Mes seins sont offerts à ta vue, tu t’en délectes sans détourner les yeux, tu assumes et j’aime beaucoup ça. Oser affronter mon regard dans de telles conditions n’est pas des plus simples, tu aimes ce défi que je te lance sans un mot.

Tu savoures, passant de ma poitrine durcie à mes yeux qui te dévorent.

 

La façon dont tu te mords les lèvres m’inspire la certitude que tu es troublé. Troublé au plus haut point. Ce petit détail te trahit et j’adore cela. Lentement tu sors un bras de l’eau fumante, glisses ta main au creux de mes reins. Enveloppant ma taille au passage. Un frisson traverse mon corps tout entier.

Ce premier petit contact me chavire, mes sens s’affolent.

Quand tu entames un cheminement tout le long de mon dos mes idées s’entrechoquent. Tu remontes très lentement vers ma nuque, bifurques vers mon épaule puis redescends le long de mon bras. Ta main s’en saisit tendrement et tu m’attires dans l’eau. Je bascule et glisse, sur toi. Ma nudité rejoint la tienne dans un bruit d’eau, la vapeur qui nous enveloppe protège notre plaisir. Mon corps se colle au tien, ce face à face aquatique est délicieux. Je me sens dans mon élément, toi comme un poisson dans l’eau…

 

 

Je suis tout contre toi, nos corps fusionnent à merveille, mon regard plonge dans le tien. Ton sexe palpitant effleure mon ventre désireux. Mes lèvres viennent frôler les tiennes, je te les mordille et tu frémis.

J’ondule sur toi, le mouvement est presque imperceptible mais la sensation est très intense.

Mes bras glissent le long de mon corps, l’eau me porte comme si j’étais en apesanteur. J’en profite pour glisser mes mains entre tes jambes, remonter entre tes cuisses, caresser tes bourses avec délicatesse puis envelopper ton sexe, l’enserrer tout doucement.

Mes mains coulissent sur lui. Tu bandes de plus en plus fort sous mes doigts, cela m’excite énormément.

Tu m’entoures de tes bras et me souffle à l’oreille que tu aimerais que je sorte de cette baignoire. Que je retourne m’asseoir sur le rebord. Cette vision de moi t’avait tant excité.

La sensualité qui émane de tes paroles me pousse à m’exécuter. Tu sors et t’accroupis devant moi, tes mains se trouvent de chaque côté de mes hanches, en appui sur le rebord de la baignoire.

Ma poitrine est à nouveau offerte à ta vue. Ton regard descend doucement sur mon ventre, ma chatte. Il glisse entre mes cuisses, tu les ouvres d’un regard. Mon sexe est palpitant, c’est invisible à l’œil nu.

 

Je suis émoustillée, ton regard espiègle et malicieux me rend fébrile. Lentement, très lentement tu te rapproches de ma vallée fertile. Ce moment plein de sensualité est le meilleur des aphrodisiaques, notre excitation est à son comble. Tes mains resserrent mes jambes l’une contre l’autre, tu déposes ta tête sur mes cuisses. Je sens ton souffle chaud entre elles. L’instant est intense, je suis bouleversée, ébranlée. Ces sensations s’emparent de moi. Des larmes d’émotion roulent sur mes joues. Elles courent dans mon cou, glissent entre mes seins avant d’être recueillies entre tes lèvres. Je n’avais pas vu que tu t’étais redressé, tu m’admires, ton regard est ardent et flamboyant. Un frisson de volupté traverse tout mon être, transperce mon âme. Tes lèvres prennent le chemin de ma fleur, tu mordilles tendrement mon ventre, t’attardes au creux de l’aine, ça me rend impatiente !

 

Ta main se faufile et écarte avec délicatesse mes cuisses. Ton visage se rapproche voluptueusement de mon entrejambe humide. Ta langue se fait coquine, câline, glisse entre mes grandes lèvres, frôle mon bouton d’amour. Elle écarte les petites et goûte mon nectar abondant. Ma mouille recouvre tes lèvres, ma saveur te pénètre. Elle s’insinue en toi, s’aventure sur ton palais pour de subtiles sensations. Elle éveille tes papilles délicates, mon goût te chavire, les battements de ton cœur s’accélèrent !

 

Ta raison n’a plus lieu d’être, tu l’as perdue en venant à moi.

 

Sans retenue, tu décalottes mon clitoris de la pointe dure et agile de ta langue. Elle est mouillée de toi et moi mêlés, le fruit de mon excitation pour toi, lié à ta salive.

Repaître-toi de moi, jusqu’à plus soif si tu le désires. Je suis ta gourmandise. Ta gourmandise sexuelle, savoure-moi…

 

Tes doigts entrent dans la danse, tels des virtuoses ils jouent sur moi, se jouent de moi. Ils me font monter très haut vers les sommets du plaisir pour me laisser transie de désir avant de m’assaillir de plus belle.

Mon plaisir grandit sans cesse, ton sexe également. Je peux sans mal l’apercevoir, fièrement tendu.

Cette vision est troublante, tu es juste là, à mes pieds, presque à genoux devant moi, accroupi, tout occupé à déguster ma fleur en pleine éclosion des sens…Hum ce que j’aimerais, du même temps t’avoir entre mes lèvres, faire glisser ta queue sous ma langue, la titiller avec toute ma délicatesse.

Le plaisir que m’offrent tes doigts venus se lover au plus profond de mon ventre me sort de ma torpeur. Je choisis de me laisser aller à tes attentions, pour l’instant…

 

Lentement tu te mets à genoux, entièrement cette fois, abandonnant ma fleur. Ton sexe est presque à sa hauteur, tu t’avances un peu plus, le saisit dans ta main et le guide. Tu appliques ton gland sur mon clitoris, ma liqueur d’amour le lubrifie sensuellement, il glisse entre mes lèvres, presse un peu l’entrée de ma fleur, qui n’émet aucune résistance…

Elle s’ouvre, mes chairs dilatées s’écartent. Elles épousent ta hampe vigoureuse, mon sexe t’aspire lentement. Tes gémissements, qui se mêlent aux miens, me font frémir.

 

Nos respirations se font plus courtes, tes lèvres m’offrent un baiser, nos bouches ne désirent plus se quitter. Ma main passe dans tes cheveux et les caressent, elle glisse dans ton cou, flatte ta nuque, virevolte entre tes épaules pour te faire frémir.

Tes va-et-vient en moi s’intensifient, nos râles remplissent la salle de bain.

 

- « Recule-toi »

Ces deux mots sortent seuls de ma bouche. Tu m’abandonnes, laissant ma caverne orpheline, je me retrouve face à toi, les yeux dans les yeux. Le moment est intense !

 

D’une main je réunis mes cheveux sur ma nuque. De l’autre je viens à la rencontre de ta hampe, toujours tendue de désir pour moi. Elle est enduite de nos fluides respectifs, mes lèvres sont comme attirées. Je me penche au-dessus d’elle et ma bouche t’enveloppe. Tu pousses un petit cri de plaisir et de surprise mêlée tant l’intensité de cette caresse buccale te submerge. Ma main accompagne les allers et venues de mes lèvres, ma langue s’enroule autour de ton gland, elle en flatte les contours et toutes ses micros parcelles si réceptives au plaisir. Sublime zone érogène !

Tu abdiques, ta confiance en moi est totale, c’est un délice de te sentir si « libéré » sous mes attentions. Le plaisir monte, sans cesse…je sens ta jouissance toute proche et te libère. Je te veux en moi, sur moi…

 

Nous nous relevons, regard contre regard, face à face visuel. Je me retourne et me penche pour prendre appui sur le rebord de cette baignoire. Tu viens te coller derrière moi. Je sens ton sexe qui me frôle, tu le fais glisser dans ma chatte, lentement, très lentement. Arrivé à la garde tu entames une danse effrénée entre mes reins, tes coups de queue me font décoller, un orgasme s’empare de moi très rapidement, j’en ai la respiration coupée… ne t’arrête pas, surtout pas, il ne cesse de m’emporter, tel des vagues il me chavire…

L’orgasme me quitte lentement mais le plaisir demeure intense. Chacun de tes coups de butoir me coupe le souffle, m’arrache un cri de plaisir. Tu râles derrière moi, t’agitant de plus en plus. Une nouvelle lame de fond s’amorce, mon ventre se contracte, tu m’annonces d’une voix étranglée l’imminence de ton orgasme, je te crie le mien, un second orgasme m’emporte. Tu gicles en moi, mon ventre bouillonne, tu jouis très fort, moi aussi. Tes mains sont partout, sur mes fesses, sur mes hanches, sur ma taille…

 

Je ne sais pas combien de temps nous sommes restés ainsi, à retrouver doucement notre souffle et un rythme cardiaque « normal ». Tu m’as embrassé le bas du dos en libérant ton sexe toujours dur. Nous avions envie de nous glisser à nouveau dans ce bain, mais l’eau est désormais trop froide.

Nous rejoignons le lit. Un moment de tendresse infinie précède notre sommeil, dans les bras l’un de l’autre, complices, comblés et heureux.

 

Je garde ton cœur, je l’ai dans mon cœur…

Libre à toi de le reprendre un jour si tel est ton désir. Mais ça tu le sais...

 


Julie Timorées, textes déposés, tous droits réservés

Écrire commentaire

Commentaires: 7
  • #1

    Valèrie (jeudi, 30 mai 2013 17:20)

    toujours un plaisir de vous lire

  • #2

    eddy (jeudi, 30 mai 2013 18:13)

    j ai beaucoup aimé !! bises

  • #3

    lolotte (vendredi, 31 mai 2013 21:52)

    pas mal du tout... bien écrit. On en veut encore. On s'imagine etre toi dans le récit<.

  • #4

    LUC (vendredi, 17 avril 2015 19:18)

    Julie, merci pour ce moment...

  • #5

    Lola (mercredi, 20 mai 2015 19:19)

    Bj, je suis Lola du site www.dialogue69.com
    J'ai bcp apprécié la lecture de ton récit. Tu as bcp de talent.
    N'hésites pas à publier tes récits sur mon site www.dialogue69.com
    Des auteurs indépendants y publient des histoires sexes, des récits érotiques comme les tiens.
    Bises

  • #6

    gemssa (jeudi, 29 juin 2017 15:22)

    Bel écrit, très agréable à lire.
    On vit l'histoire,
    car tes mots sont très parlants.
    Je vais ce pas ma faire couler un bain.
    Merci Julie.

  • #7

    Sonja McDonell (samedi, 05 août 2017 18:29)

    Je suis Sonja McDonell, lesbienne, 23, Swiss Airlines Stewardess avec 13 villes d'outre-mer, très tendre et avec beaucoup de fantasmes dans les cas d'urgence dans mon travail merveilleux. Je viens de lire votre long message. Les relations lesbiennes sont une partie établie dans la société mondiale depuis le début de 1900. Nous avons des cellules dans notre cerveau à un jeune âge, ce que les soi-disant filles normales n'ont pas. Ces cellules deviennent actives pendant la puberté précoce, principalement avec 10-12 ans. Ils ne peuvent jamais être effacés et il est important de les maintenir actifs. Il existe de nombreux produits naturels qui activent nos parties du corps sensibles. Les désirs et les expériences des filles dans mes villes sont souvent très différents en ce qui concerne leurs âges, leurs envies et leurs expériences. Ils le font tous souvent pendant ~ 1 heure et pas seulement pendant 2 minutes, comme les garçons ont, pour les remplir. C'est la raison pour laquelle j'ai beaucoup de succès et je leur recommande souvent leurs soeurs et leurs copines (inexpérimentées).
    Cordialement
    Sonja
    Sonjamcdonell@yahoo.com

Le préservatif est rarement présent dans mes récits mais il est très important de toujours vous protéger!

TOUJOURS !