Caresses perpétuelles...

Au réveil dans ce lit encore chaud ils me cajolent, caressant tendrement la peau de mon corps nu. Frôlant mes draps de flanelle. Leurs assauts sont tendres, leurs effleurements si doux.

Je me lève et ils se balancent doucement au rythme de mes mouvements. Comme des vagues ils s´échouent entre mes épaules, dodelinent tout le long de mon dos. Ils me titillent si délicieusement que j´en frisonne. Ils m´ensorcellent avec volupté. Une douce fragrance de vanille les accompagne, j´aspire alors à un doux moment d´intimité, l´instant est propice à bien des égarements. Mon esprit oscille entre la raison et les plaisirs charnels que je pourrais m´offrir pour un moment inégalé.

 

Bien que désireuse, je me résigne. Je me cajolerais à un autre moment. Ils se sentent un instant prisonnier lorsque je fais disparaître ma nudité sous ce léger peignoir. De mes deux mains je viens les délivrer. Les enveloppant pour délicatement venir les laisser s´abandonner en cascade dans le creux de mes reins.

Aux moindres de mes mouvements je les perçois, les ressent.

Ils évoluent gracieusement le long de ma nuque, caressent mon cou. Ils me subliment comme si j´étais leur égérie.

Leur présence m´est chère, rassurante. Ils sont comme une arme de séduction, j´avoue que je me cache un peu derrière eux. Ils sont comme une bouffée de confiance. Ils me protègent, tel un bouclier invisible

Je prends plaisir à venir les caresser, les déplacer, les faire glisser entre deux de mes doigts, ils sont si doux..

 

J´aime en prendre soin, ils sont une continuité de moi à laquelle je suis très attachée, sentiment qui semble bien futile à certains. Ils ne peuvent pas comprendre cette relation si particulière et cela m´est bien égal...

Il est le premier à les apprécier quand ils viennent le caresser en même temps que moi. Tout comme lorsqu´ils ondulent entre mes épaules ou mes seins alors que je le chevauche, lui arrachant des cris de plaisir sans nom. Ou bien encore quand ils me recouvrent le visage alors qu'il me fait sensuellement l'amour. Il aime follement cela. Il adore cette vision que lui offrent nos grands miroirs, l'un en face du lit, l'autre au plafond. Mon amant joue les voyeurs et cette scène l´excite plus encore, sa queue durcit davantage. Ses coups de butoir me rendent dingue de plaisir, de désir.

 

Parfois ils lui cachent la vision de mes seins excités, mais d´un mouvement ample je les renvoie dans mon dos, court répit car ils reviennent bien vite lui voiler à nouveau ma poitrine, doux rideau brun et soyeux qui éveillent les sens de mon tendre amour.

 

Julie Timorées, textes déposés, tous droits réservés.

Écrire commentaire

Commentaires: 8
  • #1

    Séb.... (samedi, 23 juillet 2011 22:59)

    Les cheveux ont sur moi un pouvoir magique, si bien décrit ici, on dirait que vous avez écrit ce texte pour moi. Je pense que si j'avais plus de capacités à écrire, je leur aurait dédié un joli texte, mais vous venez de le faire...

  • #2

    Laurent (vendredi, 05 août 2011 18:49)

    Voilà qui est juste "sublime" et encore je trouve le mot bien faible!
    Ce texte, avec tout ce qu'il éveille comme émotion et sensation, est très troublant, voir déroutant et très tentant également...
    Votre plume me plait Julie, elle est tout simplement délicieuse...

  • #3

    nicolas (mardi, 09 août 2011 12:10)

    Encore un texte magnifique, qui met si bien en valeur l'effet sensuel des variations capillaires de nos compagnes, variations qu'elles prennent tant soin de chouchouter pour nous séduire plus profondément encore...

  • #4

    Julie Timorées (jeudi, 24 novembre 2011 13:49)

    @ Séb...
    Je suis sincèrement ravie que ce texte vous "parle", vos mots sont un plaisir, comme toujours!

    @ Laurent, que de compliments!!! :o)
    J'en perds mes mots, les votres me touchent, merci, tout simplement...

    @ Nicolas, cher M'sieur Cluzeau, à la façon dont je chouchoute les miens il était bien naturel que je leurs dédie un petit texte!
    Rien que pour eux, juste pour eux et pour l'effet qu'ils ont "parfois" sur Vous les hommes... Merciiii, je suis ravie que vous veniez de temps à autre me lire mon cher :)

  • #5

    Mickaël, un lecteur de passage :) (lundi, 29 octobre 2012 15:11)

    Et s’ils étaient comme une sorte de vêtements pour vous ?
    Et si grâce à eux, vous étiez protégée d'une dernière carapace ?
    Et si sans eux, vous n’étiez plus vraiment vous-même ?
    Et si sans eux, certains tabous et limites vous atteignez ?
    Et si vous piochiez toute votre force en eux ?
    Vous avez certainement une aura et un charisme à part... Vous êtes certainement à part... je le sens...

    Vous lire est un délice, merci :)

  • #6

    Julie Timorées (vendredi, 09 novembre 2012 16:39)

    Bienvenu ici Mickaël,

    Votre commentaires est assez troublant, criant de vérité pour certain point, c'est touchant, déstabilisant...

    Est ce que nous nous connaissons?
    Dans tous les cas, merci de votre "passage" ici et au plaisir,

    Julie

  • #7

    Toine (dimanche, 26 mai 2013 11:36)

    Chère Julie,

    Votre poésie n'a d'égale que le beauté que vous lui insufflez.

    Merci pour ce moment de douceur, de passion que vous offrez à travers vos différents textes.

    j'aurais aimé a vous décrire ce que votre prose éveille en moi, mais les plus beaux vers ne sauraient faire écho à cette perfection et cet équilibre qui animent votre plume.

    Au(x) grand(s) plaisir(s) de vous relire :)

  • #8

    Julie Timorées (mardi, 28 mai 2013 19:17)

    Bonsoir Toine,

    Vos mots, votre commentaire déposé ici, tout ceci est terriblement touchant, merci beaucoup, sincèrement :)
    J'en perds mes mots...
    Au plaisir de vous lire,

    Julie...

Le préservatif est rarement présent dans mes récits mais il est très important de toujours vous protéger!

TOUJOURS !