Dans la peau d'un homme...

J’imagine que je suis assis face à cette femme nue, elle est en train de se caresser. Je veux plus que tout que son regard et ses gestes m'invitent à venir lui faire l'amour. Je désire ardemment qu'elle chavire entièrement sous mes mains.

Cette femme-là, je lui veux un regard très coquin sans être vulgaire, je veux qu'elle me dise qu'elle me désire, qu'elle a envie que je la baise ; et dans sa bouche ces mots là ne sont pas vulgaires.

Tout au contraire ils sont beaux et follement excitants pour moi.

 

Elle s'offre à moi, mais avant je vais m'offrir à elle. Elle attache doucement chacune de mes mains à un accoudoir du fauteuil, elle est ainsi certaine que je ne viendrai pas la caresser tout de suite.

 

Tout en continuant d'une main à se caresser le clitoris, elle vient s'installer entre mes jambes ; son autre main vient caresser tendrement ma hampe déjà fièrement durcie par le spectacle qu’elle m’offre. Elle câline mes bourses tendues. Sa langue, douce et chaude, vient compléter la caresse de ses mains. Mon gland n’est plus que plaisir. Elle me goûte, plutôt goulûment, laissant clairement apparaître son désir pour moi. J’aime cela, elle m’excite au plus haut point.

 

 

Elle est là à mes pieds, presque soumise, en train de me lécher, de me sucer et j'adore cela !

 

Brusquement elle me laisse comme un idiot sur mon fauteuil. Je suis plein d'envie et elle, d’une démarche sûre, regagne son siège. Elle plante son regard provoquant dans le mien, les cuisses écartées, chacune de ses jambes installées sur un accoudoir. La vue de son sexe trempé me rend fou et je ne peux rien faire. La voilà qui reprend ses caresses, sa fleur est inondée de son nectar, elle est tellement désirable ainsi…

 

Une douce folie s’empare alors de moi, entre désir et plaisir, à en perdre la raison et ne plus savoir comment agir. Voir ses doigts courir ainsi sur elle m'est insupportablement délicieux !

 

Elle me demande de venir la caresser, de venir là et maintenant, de lui lécher sa petite chatte humide alors que je suis attaché et dans l'incapacité totale de le faire. Elle prend plaisir à me rendre fou de désir. Son corps qui se cambre sous ses caresses et ses petits gémissements de plaisir qui me font me dresser un peu plus sont un supplice.

 

Mon érection est presque douloureuse, la voir ainsi prendre autant de plaisir à se masturber va avoir raison de moi.

 

Elle continue à me regarder avec cette provocation toute en sensualité dans le regard. Le tout sans cesser de se caresser, elle n’a aucune pitié pour moi. Si à l’instant précis je n’étais comme par magie plus attaché, je viendrais la prendre sans ménagement, et fermement pour la faire jouir !

 

Soudain, elle se cambre, son visage se modifie un peu, je peux y lire la sensation magnifique qu’elle ressent. Ses muscles se contractent sous ses propres assauts, son souffle se fait plus court, je vois son plaisir, il s'immisce en elle. Elle est au bord de l’orgasme et fait durer ce plaisir semi-orgasmique autant que possible. Je sais qu’elle adore cela, je la vois, la sens, prête à laisser son orgasme la terrasser de ses spasmes de plaisir… Elle jouit, cela me semble sans fin, quelle chance !

 

Je me rends compte qu’elle a perdu pied, la tête lui tourne, ses jambes et tout son corps se relâchent. Elle semble si bien, comme ailleurs, j’imagine que ses pensées se bousculent, s’entrechoquent et se mêlent avec plaisir.

 

Après quelques minutes, elle revient à elle et constate avec un sourire taquin, encore plein d’envie que je n’ai en rien perdu de ma vigueur. La coquine se lève, vient vers moi, tourne autour de mon fauteuil, me caressant les épaules et les bras au passage.

Là voilà enfin face à moi, elle se retourne brusquement et m'offre une vue magnifique sur ses fesses rebondies. Elle écarte un peu les jambes, faisant mine de s’asseoir sur mes genoux, mais non, elle vient s’empaler sur ma hampe et la voilà qui commence des va-et-vient qui me procurent un plaisir inouï.

Je suis toujours attaché, j’aimerais tant pouvoir venir prendre possession de ses seins pour accompagner ses mouvements! Elle lit dans mes pensées et libère l’un après l’autre mes poignets. Je passe mes bras autour d’elle et dépose mes mains sur ses seins aux pointes durcies. Elle frémit dès le premier contact, son corps se cambre, à chacun de ses mouvements elle vient se caler encore plus intensément tout contre mon corps.

 

Ses longs cheveux lui caressent le milieu du dos, leurs mouvements m’hypnotisent presque, je la trouve si belle, si désirable…

 

Mon désir me rend fou, ce plaisir aussi, j’ai envie d’être maître de son plaisir et du mien ; d’un geste brusque, je la soulève par la taille, la retourne pour qu’elle soit face à moi, la soulève à nouveau et dépose ses jolies petites fesses sur le bureau.

 

La scène est pleine d’indécence et pourtant tout cela semble lui plaire. Elle n’a rien perdu de son regard coquin et son sourire est comme une invitation. Soudain, tout délicatement, j’écarte ses cuisses et de mes doigts j’entrouvre ses grandes lèvres, puis les petites. Je me rapproche encore un peu d’elle, faisant glisser ma hampe dans sa fente humide puis je la prends brusquement, jusqu’à la garde. Elle frémit de plaisir, gémit puis halete sous mes coups de reins, de plus en plus forts.

 

Je ne perds pas une miette de la vue de ses seins qui se balancent en rythme, je viens en pincer les pointes qui s’agitent. Elle se cambre, je me penche sur elle pour l’embrasser, moment de douceur durant cette partie de jeu très "sexe" comme elle aime dire. Je reprends mon rythme effréné, je sens le plaisir, la jouissance qui monte de plus en plus. Je ne tiendrai sans doute pas longtemps à ce rythme.

Je désire qu’elle jouisse encore une fois avant moi, je me retire, mes doigts prennent le relais. Je la laisse monter par crans vers son plaisir puis la pénètre à nouveau avec force, plus rien ne pourra désormais m’arrêter. Je jouis en elle et je sens sa fleur se contracter tout autour de mon sexe palpitant de mes derniers spasmes. Son orgasme la transporte. Quelle jouissance, cette femme me rendra fou et j’aime cela. Son regard me dit combien elle me remercie de tout ce plaisir. J’espère que le mien lui parle de la même façon.

 

 

...

Si j’étais un homme…!

Julie Timorées, textes déposés, tous droits réservés

Écrire commentaire

Commentaires: 7
  • #1

    Julian (mardi, 05 juillet 2011 16:50)

    Chère Julie. Il semblerait que tu connaisses parfaitement les fantasmes et les désirs de nous les "males"....A coire que dans une autre vie tu faisait partie de la gente masculine.Tu relates avec une impressionante justesse nos sensations et notre jouissance. Ton récit m'a tenu en haleine du début jusqu'à la fin et a éveillé mes sens et mon imagination de la plus belle façon. Merci à toi...

  • #2

    Julie Timorées (vendredi, 08 juillet 2011 18:18)

    Bonjour Julian,

    Tu ne peux pas savoir comme ça me fait plaisir de te lire ici !!
    Il est tout simplement magnifique ce commentaire que tu m’offres là, je suis ravie d’avoir réussit à prendre possession de l’âme d’un mâle pour cette petite mise en situation…

    Juste une fois, rien qu’une journée, j’aimerai savoir ce que ça fait d’être « Vous » les hommes, mais redevenir femmes ensuite, parce que j’aime l’être !

    J’espère à nouveau, avec mes prochains récits, éveiller ton imaginaire cher ami
    Merciiiiii et à tout bientôt Julian

    Je t’embrasse !

  • #3

    Kylian'n (lundi, 31 octobre 2011 13:48)

    Que dire... Que cet écrit torride me donne juste envie de rejoindre ces deux personnages au pays du plaisir... Chose que je vais sans doute faire sous peu tellement tu as éveillé mon désir. Superbe ;)

    Ky

  • #4

    Julie Timorées (jeudi, 24 novembre 2011 14:12)

    Kylian'n,

    Je ne vais pas te mentir, je suis heureuse d'avoir su éveiller ce désir, c'est pour moi la preuve que j'ai réussit, du bout de mes mots, à rendre le texte quelque peu réaliste et ca, j'en suis plutôt fière!

    J'espère que tu avais passé un bon moment au pays du plaisir...

    Merciiii de ton passage :))

  • #5

    Aleau (mercredi, 22 janvier 2014 01:18)

    Merci, ce récit est superbe, enivrant.
    L'escalade des sensations, le choix de tes mots, tu écris terriblement bien!

    Quel bonheur que ce que tu écris là.

  • #6

    Mike (dimanche, 09 novembre 2014 11:44)

    Bravo julie vous avez fait mouche.
    Je découvre votre site sur le conseil d une amie.
    Si vous aimeriez etre un homme ne serais ce qu une journée sachez que nous sommes nombreux a souhaiter etre une femme également pour connaître vos plaisirs.
    A vous lire
    Mike

  • #7

    Denis (samedi, 21 janvier 2017 18:37)

    Chère Julie,
    Je suis désolé de mettre un bémol à ce concert de louanges, mais je fais partie des hommes qui n'aiment pas beaucoup voir une fille écarter les cuisses.
    Ma petite amie a cru me faire plaisir un jour en le faisant. Je n'ai pas aimé.
    Pour moi le sexe féminin n'est plaisant que resserré ; écarté il me révulse. Tandis que chez nous ce serait plutôt "le contraire": au repos c'est lamentable, en érection c'est sculptural.
    En espérant ainsi t'ouvrir à d'autres perceptions...

Le préservatif est rarement présent dans mes récits mais il est très important de toujours vous protéger!

TOUJOURS !