Deux femmes, une rencontre, une histoire...

« Mardi, nous sommes enfin mardi ! ».

 

Ce soir j’ai un rendez vous « coquin » avec Margot et Justin, un couple d’amis. Je m’imagine déjà entre leurs mains, sous leurs assauts. Ils me voulaient pour eux et voilà que cela va se réaliser. Je suis déjà toute à eux, offerte et désireuse.

 

Un choc violent suivi d’un bruit assez effrayant me sort de ma douce torpeur. Quelle rêveuse je fais !

 

« Yaëlle tu n’es pas possible, rêvasser de cette façon en conduisant. Ce n’est vraiment pas raisonnable ! »  me souffle ma conscience.

 

Je ne suis pas blessée, enfin à première vue, mais j’ai lamentablement embouti le véhicule devant moi. J’imagine d’ici la colère de son conducteur. Ce type va sans doute me dire que j’aurais pu faire attention, que la file de voitures est arrêtée depuis un bon moment et que j’aurais tout de même pu voir ses feux arrières.

 

Hum! Je crois que je vais me la jouer charmeuse. Ça fonctionne à merveille. Je le sais très bien, j’ai souvent testé ce petit pouvoir-là. Je sors du véhicule, sûre de moi, souriante mais là c’est une femme, charmante de surcroît, qui descend du sien.

 

Durant un instant la surprise me paralyse mais je me reprends très vite. Ce n’est pas ce petit détail qui va changer quoi que ce soit, bien au contraire. Elle vient à ma rencontre. Je lui offre un de mes sourires tout en bafouillant quelque peu mes excuses. Celui qu’elle me renvoie me rassure.

 

Son utilitaire n’a rien ou presque, contrairement à ma petite voiture qui est toute défigurée. Par chance je suis très bien assurée. Cette information semble soulager ma compagne d’infortune; c’est amusant qu’elle se soucie de moi de cette façon.

 

Nous remplissons le constat puis échangeons nos numéros de portable. J’omets volontairement de lui dire qu’elle n’a pas correctement rempli sa partie. Cela me donnera une bonne raison pour reprendre contact avec elle. Elle c’est Charlyne, si j’en crois ce qui est noté sur ce petit bout de papier. « Tiens, ça rime avec coquine ! », voilà ce qui me traverse l’esprit.

 

Ensuite, comme prévu, je me rends à mon rendez-vous. Ma voiture est toute bruyante du fait des morceaux qui bougent de ci de là. Mon arrivée ne passe donc pas inaperçue. Mes hôtes se moquent gentiment de ma mésaventure.

 

La soirée avec Margot et Justin est divine, toute de sensualité, de tendresse et de sexe subtilement mêlés. Ce couple dégage tant de charme, chacun à leur façon. Je n’avais pas eu le cœur à choisir lorsqu’ils s’étaient intéressés à moi. Ils m’avaient contactée par mail, de leur bureau respectif.

 

Et puis, il faut bien que je vous avoue que je n’ai jamais eu de relation avec une autre femme, enfin seule avec une femme, jamais; un homme a toujours été de la partie.

Ce qui est certain, c’est que notre petite entreprise se prête assez bien à ce genre de pratique. Les petits jeux coquins, via nos boîtes e-mails vont bon train.

 

De retour chez moi, un verre de vin m’accompagne dans un bain chaud. Mes pensées vont tout naturellement se perdre auprès de Charlyne…

Mes mains les ont rejointes, mes caresses prennent vie sous mes doigts. Cette femme m’a troublée, me trouble encore. Je cède à tout ce désir qu’elle fait naître en moi. Je m’endors ensuite comme une bienheureuse, comblée par cette journée, si riche en plaisir.

 

Ces quelques heures de sommeil me seront bénéfiques; que de sensations j’ai vécues en cette seule journée du mardi. Ma semaine semble être prometteuse. De bien belles perspectives sont en vue. Son regard, il revient sans cesse à mon esprit. « Fascinant » est la plus jolie façon de le décrire.

 

J’assume bien mon attirance pour les femmes. En fait, il m’importe peu que cela soit une femme ou bien un homme qui me fasse chavirer. C’est le charme perçu qui me fait fondre. C’est également cette aura si particulière qui est parfois dégagée par la personne qui me plait. Ma bisexualité ne me pose pas problème. Ma vie s’en porte très bien, même si je n’ai jamais vécu de relation purement lesbienne.

 

J’ai dans l’idée de passer un petit coup de fil à Charlyne, peut-être pas demain, mais je le ferai, j’en suis certaine. Le sommeil m’emporte et le marchand de rêve s’empare de mon esprit.

 

Une sonnerie arrive à mon esprit brumeux. Elle me sort brutalement de mon sommeil. Agréable surprise, c’est « Elle » qui me propose un déjeuner pour « revoir le constat » qu’elle n’a pas correctement rempli. À ces mots, je fais l’étonnée et accepte son invitation. Demain 12h30, le rendez-vous est pris dans une petite brasserie du centre, un lieu chaleureux et intime, j’aime son choix.

 

Habituellement ce genre de réveil a la fâcheuse tendance de me mettre de mauvais poil. Etrangement ce matin, il n’en est rien. Je suis même toute joyeuse, je me surprends à chanter sous la douche. Toute rêveuse et troublée que je suis.

Des souvenirs d’adolescence me reviennent à l’esprit, mon premier baiser avec une autre fille, un soir d’été, en colonie de vacances, nous devions avoir treize ans. C’était un soir de pleine lune, nous dormions à la belle étoile.

 

Le souvenir est vague, mais il me semble qu’elle avait oublié son sac de couchage. Elle s’était effrontément invitée dans le mien, la lumière de la lune était douce, comme protectrice. C’était sans doute propice aux rapprochements puisque c’est ce qui s’est passé ce soir-là.

 

Sans un mot ni aucune préméditation, nous nous sommes retrouvées face à face, toutes deux allongées sur le côté, les yeux dans les yeux. Nous parlions à voix basse de nos petits amours de l’époque. Nous ne manquions ni l’une ni l’autre, de succès auprès des garçons.

 

Une sorte de compétition amicale, une douce rivalité sévissait entre nous. Les garçons du groupe ont été notre terrain de jeu préféré cet été-là. Nous étions sur le sujet du baiser, « avec ou bien sans la langue », lequel était notre favori, et là…

 

Je ne sais plus laquelle a pris l’initiative mais le baiser fut échangé, quelques caresses également, dans le dos si je me souviens bien. Le reste est très flou, mais l’émotion est là, au creux de mon cœur et de mon corps.

 

Elle est belle cette sensation. Repenser à tout cela fait naître en moi un désir grandissant, désir que j’assouvis avant de me rendre au bureau, sans petite culotte sous ma jupe. J’ai envie de sentir mes lèvres libres, qu’elles se frôlent et se caressent à chacun des mes pas.

 

Ma journée se passe ensuite sans encombre, mais je pense à Elle à de nombreuses reprises. Je rêve que je suis avec Elle, nous avons quelques heures juste à nous, libres. J’ai envie de notre désir. Il serait mutuel, totalement partagé. Je revois son regard, ses yeux qui me dévorent. J’aimerais goutter sa bouche, effleurer ses lèvres des miennes. Je rêve de son corps contre le mien pour un échange de frissons.

 

Nos courbes se dévoileraient l’une à l’autre, nos mains seraient guidées par nos désirs et notre excitation. J’ai cette envie de la voir se cambrer sous le plaisir provoqué. Envie de voir ses lèvres s’entrouvrir et entendre ses cris de jouissance s’en échapper. Ses yeux qui me diraient tout le plaisir qu’elle a sous la douceur de mes assauts. Ils pleureraient sa jouissance…

 

Voilà ce à quoi j’ambitionne à l’instant. C’est un peu comme un doux rêve.

 

Le soir, seule chez moi, je me suis à nouveau offerte un moment magique, un moment de plaisir en solitaire dans l’attente du lendemain pour la revoir.

 

La matinée est longue, si longue; j’ai hâte de la retrouver. Ce matin j’ai pris une longue douche en pensant à Charlyne avant de me rendre au bureau. Je me suis caressée avec délicatesse pour apaiser un peu mes désirs, les faire patienter. Ensuite j’ai choisi une tenue légère, omettant de porter une petite culotte. J’ai toujours cette envie de sentir mes lèvres qui se frôlent, et laisser monter doucement mon désir, mon plaisir, pour elle, avec elle, intensément.

 

Le midi, j’arrive volontairement en retard. J’ai pris soin d’être un peu essoufflée afin de cacher mon trouble à Charlyne. Mes joues sont rouges. La serveuse m’indique la table. Je vais la rejoindre, m’excuse et lui glisse sensuellement que je vais me rafraîchir aux toilettes mais qu’elle peut m’accompagner si elle le désire. Nous pourrons ainsi discuter.

 

Comment lui avouer tout le désir que j’ai pour elle ?

 

Je me sens quelque peu déstabilisée. Une fois dans les toilettes, face au miroir, nous nous regardons par le biais de nos reflets. Son regard est comme une proposition, indécente certes, mais tellement tentante. Je me tourne et fais un pas vers elle. Elle fait de même.

 

Mon regard est à présent dans le sien. Nous nous défions un instant. Ce sera sans doute à qui osera la première. Le désir est tel que je me lance. Je me rapproche encore, me colle contre elle, la fais pivoter tout en la plaquant doucement mais fermement contre le lavabo. Des mots sortent de ma bouche, pour prendre vie sur mes lèvres.

 

« Charlyne, j’ai envie de vous… de toi... je n’ai cessé d’y penser, de penser à toi. J’aimerais que tout mon corps enveloppe le tien de sa chaleur, que ta fleur s’épanouisse en imaginant tout ce que je pourrais t’offrir. Bien sûr, jamais encore je n’ai caressé une autre femme, enfin si … mais jamais seule à seule. J’ai tout de même ma petite idée sur ce qui pourrait t’exciter, te faire fondre de plaisir. Je te trouve si charmante chère Charlyne. Je pense que ce premier rendez-vous en tête à tête avec toi va me plaire. Je ne vois pas comment il pourrait en être autrement. Si tu le désires aussi, bien entendu… »

 

Ton regard me répond. Tes lèvres me le confirment. Tu le désires aussi. Ce baiser que nous échangeons est si doux, si sensuel. Il me tourne la tête, me chavire. Mes sens s’affolent, les doigts me brûlent, je te désire tant.

 

Une de mes petites mains caresse doucement tes seins à travers ton chemisier. Tu ne portes rien en dessous, cela m’excite d’autant plus. Mon regard vient se perdre dans tes yeux clairs. Leur couleur changeante est très troublante, tour à tour douce puis féline. Lentement je descends…

 

Mes doigts déboutonnent ton haut et se faufilent au contact de ta peau. Elle est douce, si douce. Je découvre tes courbes, les yeux fermés j’explore ta taille. Je caresse le creux de tes reins tout en t’embrassant avec douceur et sensualité. Les mots sont inutiles, ils seraient même de trop. L’instant est magique, sensuel, sexuel. Mes sens s’affolent, mes mains courent avec agilité sur ta peau.

 

Après en avoir défait les boutons, ta petite jupe n’oppose alors plus aucune résistance. Je la fais glisser le long de tes cuisses. Je n’oublie pas au passage de te caresser. Ton souffle se fait court, je te sens frémir sous mes doigts. J’adore l’effet provoqué. Ma main se faufile sur ta fine toison, la cajole. Je frôle ton entrejambe, joue entre tes cuisses, là où la peau est si fine, si délicate. Je ne contrôle plus mes doigts, ils ne pensent qu’à te faire du bien, ils ont envie de te faire jouir. J’ai envie de libérer ton orgasme, là sous mes doigts, sous ma langue. Mes yeux te dévorent, tu me rends dingue…

 

Je te sens pleine d’attente, tout à fait réceptive à mes propositions. J’adore cette connivence qui s’installe là entre nous. Ton clitoris ne sera pas en reste, mais pour l’instant, ma langue glisse de tout son long entre tes grandes lèvres pour t’ouvrir plus encore. Un de mes doigts prend sa place et les maintient légèrement écartées alors que ma langue s’insinue entre tes petites nymphes. Ton nectar s’en échappe tendrement, je les masse avec le bout de ma langue qui s’est faite plus dure.

 

Mon doigt s’approche de ton bourgeon prêt à éclore, il est rempli d’attente. J’imagine qu’il n’attend que ce contact-là. Pour faire durer ce doux supplice, je me décide à te faire patienter un peu. Caresser encore et encore tes lèvres, revenir un peu vers ta bouche et l’embrasser pour te faire savourer ton propre nectar. J’ondule contre toi, passant de ta chatte à ta bouche.

 

Entre deux doigts je glisse et enveloppe la petite tige bandée de ton clitoris. Je la branle doucement pour l’exciter plus encore. Titiller ton petit bouton est un plaisir délicieux  pour moi; je le sors de sa cachette puis je le décalotte avant de le laisser se recouvrir de tes lèvres mouillées de ton désir grandissant.

 

Ma langue revient se fondre en elles, tout sensuellement, tout naturellement, pour ton plaisir. Je suce et aspire un de mes doigts, le mouille avant de venir explorer ta fleur offerte. Elle se sent seule et désire ce contact. De son bout, je dessine tes contours, cajole tes lèvres, le glisse entre elles, sur elles. Alternance de caresses douces puis plus appuyées, lentes puis plus rapides, frénétiques même.

 

Mes effleurements tournent autour de ton clitoris, sans jamais le toucher vraiment. Juste lui faire croire que la caresse viendra jusqu’à lui, puis l’éviter au tout dernier instant. Telle une plume caressante ma langue t’offre le plus doux des frôlements, celui qui va te rendre folle de désir, te faire me supplier de venir te donner du plaisir.

 

Tu ne sais plus où tu es, ni qui tu es. Le temps se suspend, ton esprit s’égare. Nous sommes là, seules au monde. Seul le plaisir nous accompagne. Mes doigts rejoignent ma langue et viennent recueillir un peu de ta mouille, elle est très abondante. Ils s’en recouvrent et s’en enveloppent entièrement.

 

J’entame à nouveau des cercles tout près de la turgescence magnifique de ta petite hampe à toi, si féminine. Ton petit bout… Hum! Sa cachette est si secrète qu’il faut savoir le câliner avec attention, sans précipitation si on désire l’admirer un peu plus. Mes doigts le recouvrent de son propre miel, doux et liquoreux.

 

Ta main vient suspendre ma caresse. Dans un souffle tu me glisses que tu vis juste à côté. Tu te relèves et te rhabilles à la hâte en oubliant de refermer ton chemisier. Tu me prends ensuite par la main et m’entraînes hors des toilettes. Tu me fais traverser la salle du restaurant et sans un mot aux serveurs, nous sortons sous leurs yeux médusés. Ils ont sans aucun doute compris.

 

Troublées et pleine de désir nous voilà dans la rue. Tu me fais traverser la chaussée et tu nous diriges vers un porche. Un instant tu me plaques contre le mur, à l’abri des regards pour m’embrasser avec fougue avant de reprendre le chemin de ton appartement. C’est juste ici me dis-tu. Trois étages que nous montons sans un mot, ma main toujours dans la tienne, tremblante d’émotion et de mes désirs qui s’y mêlent.

 

Une fois sur le palier, telle une automate, tu ouvres ta porte et m’entraînes à l’intérieur. Le style est épuré, le parquet de ton salon me tente, je te freine pour t’attirer à moi sans réfléchir. Ton regard ne s’y oppose pas le moins du monde.

 

Les yeux dans les yeux, je défais l’unique bouton qui retient encore un tout petit peu ton chemisier. Pour la seconde fois de la journée, je déboutonne ta jupe et t’en sépare rapidement.  Ton sexe m’apparaît, il est à ma merci, je l’explore à nouveau. Tu n’attendais que cela.

 

Tu as tant mouillé pour moi depuis le restaurant. Ta fleur ruisselle de ton nectar, il glisse entre tes cuisses et je m’en délecte. Du bout de la langue pour commencer puis avec plus de gourmandise, jusqu’à t’aspirer et te faire suffoquer un peu sous l’intensité de ton plaisir. Tu me fais comprendre que tu désires prendre un peu le relais. À regret je te laisse pour un temps le pouvoir.

 

Tu m’aides à me relever mais ce n’est que pour mieux me plaquer contre le mur frais de ton salon. Là, tu me déshabilles avec adresse, ne me laissant que mon soutien-gorge. Tu t’agenouilles et me fais écarter les jambes, les cuisses. Ma fleur s’ouvre plus encore. Tes doigts s’y glissent, me pénètrent, je m’entends gémir.

 

Tu délaisses ma fleur et remonte par de tendres baisers tout le long de mon corps. Mon soutien-gorge vole, mes seins sont libres. Tu t’empares d’eux, les lèches, les mordilles. Tes doigts caressent mes hanches puis tes mains s’emparent de mes fesses pour me maintenir près de toi, tout contre toi. Tes lèvres rejoignent les miennes pour un baiser passionné, passionnant.

 

Je laisse mes doigts courir sur ton corps, caressant tes seins au passage, ils dévalent ta vallée et se faufilent déjà entre tes lèvres toujours aussi humides. D’un doigt je te pénètre, lentement, intensément. Tu frémis sans pour autant cesser de m’embrasser. La position est inconfortable mais c’est tellement bon !

 

Tu te laisses glisser sur le sol, je fais de même et c’est maintenant trois de mes doigts qui sont en toi. De mon autre main, je cajole ton clitoris qui me semble affamé. Ta tête part soudain à la renverse, tu te relâches un court instant avant de te cambrer. Dans un long râle, tu me cries ta jouissance avant même que je ne sente ta fleur se contracter autour de mes doigts. Les spasmes de ton plaisir sont longs, ton orgasme est puissant, intense, et je ne cesse pas mes caresses.

 

Après quelques minutes, tu reprends tes esprits pour te fondre à nouveau sur moi et m’offrir encore bien des gourmandises. C’est sans fin, le plaisir monte, m’envahit. Tu le laisses redescendre puis t’empares de moi de plus belle, tu vas me rendre folle.

 

Te sentir autant sur moi me fait perdre pied. Tu me fouilles depuis un bon moment déjà, prenant ma chatte, léchant mon cul. Je sens mon œil de velours qui se dilate. J’ai cette envie grandissante de sentir tes doigts le pénétrer, me pénétrer. J’aimerais en même temps tes doigts dans ma chatte et ceux de ton autre main dans mon cul.

 

Cette simple idée est jouissive,  elle seule me rend folle de désir. Plus rien ne compte autour de nous, ni même la position toujours aussi peu confortable, mais tellement excitante. Et puis il y a toi, toi à qui je ne cesse de penser depuis notre accrochage, le soir où je t’ai fait le cul…, celui de ton véhicule plutôt.

 

Quel délice d’avoir été rêveuse ce soir-là. Tes doigts me font décoller. Je te laisse l’entière maîtrise de mon plaisir. Je sens  bien que de toute façon tu ne me laisseras pas reprendre le pouvoir tout de suite, alors autant m’abandonner à toi.

 

Comme si tu avais lu dans mes pensées, tu fais lentement coulisser ton doigt recouvert de ma mouille entre mes fesses, elles te sont offertes. Tu me mordilles tendrement alors que de ton autre main tu pénètres ma chatte avec deux doigts, avant d’entamer de doux mouvements massant ainsi les profondeurs de mon sexe palpitant.

 

C’est bon, c’est si bon Charlyne. Ma fleur t’aspire alors que ton pouce s’en prend à mon bouton d’amour. Comme pour m’achever lentement, tu titilles mon petit détonateur, détenteur de mon plaisir. Mes gémissements se font plus fort, mon cœur s’emballe.

 

J’ai l’esprit qui chavire alors que je sens monter entre mes reins cette chaleur si particulière, celle qui précède l’orgasme. Tu le sens et accélères tes mouvements. Je me sens prise de partout, ma bouche aimerait rejoindre la tienne mais l’orgasme me terrasse.

 

Il est intense, les spasmes de mon plaisir me font tourner la tête, je ne sais plus qui je suis, ni même où je suis. Je ne touche plus terre, le plaisir est sans fin. Je savoure en t’offrant un regard plein de reconnaissance. Il est également prometteur de bien des plaisirs à venir car ne crois surtout pas que je vais te laisser comme ça ma chère Charlyne.

 

Ton plaisir je veux le lire à nouveau dans tes yeux. J’ai ce désir qu’il t’envahisse et que tu plies sous mes caresses et mes attentions. Te faire jouir, je veux te faire jouir encore. Je ne te quitte pas des yeux tout en reprenant un peu mes esprits, mon souffle. Puis lentement je reviens vers toi, mes lèvres prennent ta bouche, mes mains tes seins. Je te désire tant…

 

J’embrasse ton cou, descends vers ta poitrine tendue, m’attarde sur ton téton gauche avant de glisser sur ton ventre. Mes mains s’activent sensuellement sur tes flancs, dessinant des arabesques invisibles sur ta peau. Mes lèvres se faufilent avec agilité vers ta fleur. Tu mouilles. Cela m’excite et ma langue vient s’égarer entre tes grandes lèvres puis passe la frontière des petites, pénétrant ton antre brûlant.

 

Je te pénètre de sa pointe, tourne, lèche et aspire. Un de mes doigts vient la rejoindre, il tourbillonne autour de ton bouton, sans le toucher, ni même le frôler; il demeure discret tout en te faisant grimper vers les sommets de l’extase. Je te sens qui ondules, tu halètes de plus en plus fort, tes soupirs brisent le silence des lieux.

 

Je te demande si tu aimes ce que je suis en train de te faire. Tu me glisses dans un murmure presque inaudible que tu n’en peux plus, que je te rends dingue, que tu as envie de moi. Tes paroles rendent mon esprit comme fou et influencent l’action de mes doigts.

 

Tout s’accélère, ma langue délaisse ta chatte, j’ai envie de te voir, de plonger mon regard dans le tien. Mon doigt la remplace et te lime, un deuxième vient le rejoindre, puis un troisième. De mon autre main, je viens décalotter ton petit clito affamé. Je tourne autour en le lubrifiant de ta  cyprine. Je sens ton sexe qui se resserre autour de mes doigts, je ne ralentis pas, au contraire.

 

Les contractions de ta fleur m’indiquent ton second orgasme proche, tout proche, si proche. Il explose, tu exploses et moi je mouille toujours autant sans te quitter des yeux. J’admire ton plaisir. J’ai presque la sensation de jouir en même temps que toi. Tu cries ton plaisir, troublant la tranquillité de ton salon.

 

Ton orgasme n’en finit pas, tu inondes mes doigts. Je n’ose plus caresser ton clitoris, il est trop sensible à cet instant. Les spasmes de ton plaisir s’espacent. Tu rouvres les yeux, me regardes, me souris. Tu es bien, je suis bien.

 

Je me love contre toi, ma joue sur ton ventre, j’admire tes seins. Je cherche ton regard avant de m’assoupir…

 

 

Julie Timorées, tous droits réservés

Écrire commentaire

Commentaires: 22
  • #1

    Jean-Luc (mercredi, 29 septembre 2010 16:44)

    Sous cette histoire qui invite à l'incandescence, on sent la plume d'une femme. La retenue qu'on sent par instant donne aux moments plus explicites une dimension erotique qui m'a fait frissonné. J'ai même été surpris par moment tellement Julie passe du chaud au froid, de l'extrêmement tendre au moment carément hot. Bref... J'aime...

    ps : tu as un talent plus que certain... Et tu excelles dans le récit des amours lesbiens...

    JL

  • #2

    Julie Timorées (jeudi, 30 septembre 2010 16:51)

    Bonjour,

    Bienvenu dans mon petit univers Jean-Luc!
    Tes mots sont un réel plaisir, je suis ravie que tu ais aimé ce récit.

    J’apprécie sincèrement que tu sois venu me le dire ici, ce tout premier « commentaire » sous ce récit est magnifique.
    Je prends comme un joli compliment le fait que j'ai pu te surprendre au travers de cette histoire :)

    Quant à ton ps, il me va droit au cœur, merci...

    Au plaisir de te revoir ici, si le cœur t’en dit :-)


    Julie...

  • #3

    Rosebud (jeudi, 09 décembre 2010 15:46)

    La douceur de votre plume mêlée au vice de la tentation ...
    Vous savez attiser nos sens jusqu'à l'embrasement et nous abandonner ensuite dans un bien piètre état !
    Vous semblez maîtriser votre sujet sur le bout des doigts ...
    Les vôtres bien sûr ! ;)
    On ne ressort pas indemne d'une telle lecture ... qui laisse des traces ...
    Baisers brûlants d'un admirateur frustré !

  • #4

    Julie Timorées (samedi, 11 décembre 2010 16:38)

    @ Rosebud,

    Votre frustration je la prends comme un joli compliment, j'espère que vous ne m'en voudrez pas ;)

    Je ne pense pas être la fautive, c'est sans doute le fait d'avoir lu trois de mes récits à la suite qui a attisé et embrassé vos sens mon cher...
    Je n'abandonne personne et ne me sens en rien responsable de votre état de frustration, sourire!
    Merci vous!

    Julie, amusée ;-)

  • #5

    didierot13 (dimanche, 27 mars 2011 18:59)

    Si tes mots te ressemblent j'ose affirmer que tu es très belle, on se laisse glisser et énivrer par tes mots, amour à deux, amour lesbien, amour à trois, qu'importe si le charme perdure comme tu sais le transmettre! Mes félicitations.

  • #6

    Julie Timorées (mardi, 12 avril 2011 11:15)

    @Diderot,
    Whaou! Que dire après cela....
    Merciii et j'espère qu'il perdurera :p

  • #7

    love95 (jeudi, 18 août 2011 10:35)

    Que dire, que dire....vos mots expriment le sexe avec tellement de douceur et de justesse, qu'ils ne donnent envie que d'une seule chose...
    Bravo, et bonne continuation... :D

  • #8

    nathalie (lundi, 07 novembre 2011 23:12)

    tout simplement magnifique, tu as réellement un art dans l'écriture et les mots me manque pour décrire mon sentiment aprés ce moment de lecture intense.

    Bravo.

  • #9

    Julie Timorées (jeudi, 24 novembre 2011 14:02)

    @ Love95, douceur et justesse, je suis heureuse de parvenir à vous faire passer ce genre d'émotion tout en éveillant vos sens, merci de vos mots :))

    @ Nathalie, tes mots sont touchants, tout comme ton émotion que tu me fais partager, merci Nathalie :)

  • #10

    Isidor (samedi, 03 novembre 2012 12:54)

    Tes mots reveillent tous les sens, font voyager et surtout exploser les désirs.

    Bravo

  • #11

    Julie Timorées (vendredi, 09 novembre 2012 16:53)

    Bonjour Isidor :)

    Avec ce commentaire je suis comblée, c'est exactement tout ce que je désire faire passer comme émotions, sensations!
    Merciiii :)

    Au plaisir de vous lire à nouveau,

    Julie...
    ps: et bienvenu sur mon site!

  • #12

    Aldoline Ladouce (mercredi, 17 juillet 2013 20:53)

    Un pur bonheur de vous lire , je ne savais plus si j’étais Julie ou Charlyne tellement les émotions étaient fortes et mes sens en éveils , moi qui suis hétéro du coup je ne sais plus lolllll

  • #13

    eva la lesbienne (mercredi, 22 janvier 2014 17:58)

    bonjour julie,

    beau récit, belle rencontre, et pour une fois un hommage rendu aux 'rêveuses'
    vous décrivez à merveille les jeux lesbiens, je le suis moi même et je me suis identifiée sans problème à vos deux charmantes héroïnes.
    Seul l'emploi du terme 'chatte' m'a déconcentrée. Allons vous si poêtesse, vous qui maniez à merveille l'art du suggéré, vous auriez pu en utiliser d'autres, ce que vous avez fait à la fin de votre récit.
    Merci pour ce doux moment
    je vous embrasse

  • #14

    Julicia (jeudi, 03 avril 2014 19:09)

    Bonjour, ce fut pour moi un réel plaisir de vous lire!
    Une histoire qui fait rêver...(soupir :$)
    Tellement bien écrite, merçi pour le partage de cette magnifique histoire.

  • #15

    butterfly (vendredi, 24 avril 2015 00:56)

    Je viens de terminer la lecture de ton récit enivrant. Quel talent ! Mon imagination n'a pas eu de mal à vagabonder tout comme mes doigts d'ailleurs... Merci pour ce voyage et ce plaisir intenses. Une collègue me fait le même effet que Charlyne a eu sur toi dans ce récit. Dois-je écouter mon instinct... ? En tout cas, à cet instant j'en ai très envie !

  • #16

    Lola (mercredi, 20 mai 2015 19:18)

    Bj, je suis Lola du site www.dialogue69.com
    J'ai bcp apprécié la lecture de ton récit. Tu as bcp de talent.
    N'hésites pas à publier tes récits sur mon site www.dialogue69.com
    Des auteurs indépendants y publient des histoires sexes, des récits érotiques comme les tiens.
    Bises

  • #17

    Guillaume (mercredi, 26 août 2015 15:25)

    Quel plaisir de vous lire . J'aurai aimer être femme pour partager vos caresses

  • #18

    lili (dimanche, 27 septembre 2015 20:45)

    Bien j'adore

  • #19

    jean michel (mardi, 29 mars 2016 19:21)

    Bonjour très belle histoire je l adore. Y a til une suite. Très bonne histoire mm une superbe histoire. J aimerai avoir une photo de toi. Et encore mes felicitations pour ton histoire

  • #20

    charles (vendredi, 22 juillet 2016 06:38)

    En lisant ton recit je regrette de ne pas etre né femme ,profiter d'une relation lesbienne comme la tienne !!

  • #21

    Jennifer (lundi, 25 juillet 2016 07:50)

    Waw!
    Je ne sais pas comment placer mes mots pour décrire à quel point j'aurai aimer encore continuer ma lecture.
    Je me suis complètement senti enivré par le désir
    C'est si dure de rester de marbre devant un tel texte!
    J'aimerai bien savoir la suite de l'histoire!
    Un gros bravo!
    Continuer à écrire!
    Jennifer

  • #22

    Mick (vendredi, 23 septembre 2016 17:31)

    Un immense bravo. La qualité de l'écriture ne fait qu'ajouter à le sensualité profonde du récit, qui en outre ne verse jamais dans la vulgarité si fréquente dans ce genre de textes. Continue (je peux ce tutoiement?) à écrire de si merveilleux textes.
    Comme c'est beau et envoûtant l'amour entre filles.
    Merci. Bisous

Le préservatif est rarement présent dans mes récits mais il est très important de toujours vous protéger!

TOUJOURS !