Feuille Blanche...

 

…si légère et qui pourtant me fait parfois vaciller.

Elle est si douloureuse que j'en perds mes mots, à défaut d'en perdre mes maux…

Elle me prend au ventre, me serre, m'enserre, me rendant captive et inutile alors que j'aimerais tant faire d'elle celle que vous lirez avec plaisir.

 

Celle dont les mots à eux seuls éveillent vos désirs les plus fous.

Nous ouvrant ainsi une fenêtre sur votre esprit et nous laissant découvrir les plus secrets de vos fantasmes,  les plus excitants également…

Ces mots qui vous toucheraient là en plein cœur, vous laissant une envie éperdue de faire l'amour, d'offrir du plaisir, d'en recevoir aussi.

Des mots qui seraient couchés là pour votre seul plaisir…mais seulement voilà, ma page reste désespérément vide alors que je la voudrais sensuelle et envoûtante pour vous emporter, et m'emporter moi-même sous l'effet produit…

 

J'avais toujours pensé que nous étions « Maître » de notre vie, de nos humeurs et de notre bonheur ; pourtant la vie vient me prouver, jours après jours  que « L'envie de vivre »n'est pas toujours suffisante.

Que certains maux ont plus de pouvoir que tout l'espoir et toute la motivation du monde, je n'en suis pas responsable, je ne peux rien contre ça, je dois

l'accepter pour survivre, rebondir, et repartir du bon pied.

 

Alors hop, je me secoue un peu le neurone, je digère mes maux et quoi de mieux pour reprendre le cours de ma vie qu'une lecture des plus coquine, écrite par un véritable virtuose des mots, et qui ferait pour un moment oublier à mon esprit le négatif et laisserait mon corps reprendre possession de mon plaisir, de mon désir, qui lui, s'était un peu enfui, par lâcheté sans doute.

Vite le faire resurgir et m'en servir, ne plus jamais le laisser s'éloigner de moi ce désir. La douleur, la vie est aussi faite d'elle, mieux vaut l'affronter avant de sombrer.

 

Et voilà que phrase après phrase mon esprit se relâche, se laisse envahir par ces mots cajoleurs et coquins, doux et enivrants ; ma fleur n'y reste pas insensible, le vrai moi reprend le pouvoir, il renaît alors sous mes yeux et bataille avec énergie pour avoir le dessus.

Égoïstement, renouer avec le plaisir devient mon unique obsession de l'instant.

C'est encore les larmes aux yeux que je laisse mes doigts parcourir mon corps, me déshabiller lentement, caressant avec douceur les ondulations de mes courbes généreuses, sans se soucier du reste…Les larmes cessent de couler, le plaisir prend leur place, il va les sécher.

 

Mon désir de vie est plus fort que tout, j'avais relâché ma garde un temps, j'ai failli m'y perdre, mais je ne suis pas vaincue, je me le prouve à

l'instant en noircissant cette foutue page blanche et c'est si bon.

 

Alors oui, je sais, rien de très érotique dans ce petit texte, à moins que je ne vienne vous chuchoter à l'oreille tout le plaisir que j'ai pris à m'attarder sur mes lèvres humides, onctueuses de leur nectar de vie,  le fruit de mon excitation. Je me suis fait un point d´honneur à satisfaire, en solitaire, ce désir retrouvé,

m'imaginant sous ses yeux à lui. Lui faisant partager mes gémissements au fur et à mesure de sa monté en intensité. L´entendre me susurrer ces mots qui en un instant savent me rendre folle de désir, perdant toute notion de tout…toute notion de lui…

 

Mes petits doigts prennent sa place, puis mon précieux ami le sex toy, si jouissif entre mes mains agiles. Il ne le vaut pas, je le reconnais mais c´est un bon substitut pour atteindre une jouissance qui se fait attendre et désirer. Les tensions psychologiques rendent le plaisir capricieux mais pas impossible. Je me le suis prouvée en m'offrant cette dose « d'hormones du plaisir » qui m'était si vitale aujourd'hui…

 

C'était un instant de vie, la page blanche est oubliée, pour un temps en tout cas !

 

Écrire commentaire

Commentaires: 12
  • #1

    Rosebud (mardi, 01 juin 2010 15:36)

    Il est parfois difficile de se lâcher sur ces feuilles blanches, mais quand notre écriture devient fluide comme une caresse, l'exercice devient délectable ...
    Quoi de plus grisant que d'exprimer au fil de lignes et de manière sensuelle, ce qui anime notre passion pour le beau, le bon, et chaud ...
    Vous lire sera toujours un moment de sensations intenses et de désirs secrets !
    Bien à vous chère Julie.

  • #2

    Masha (mardi, 01 juin 2010 18:18)

    Magnifique petite Julie!

  • #3

    Julie Timorées (jeudi, 03 juin 2010 19:03)

    Bonsoir Rosebud,

    Rosebud, vous avez raison, se "lâcher" n'est pas toujours évident mais lorsque l'on y parvient ca fait un bien fou! Une véritable libération pour l'esprit...

    Ce jour là avec cette feuille blanche j'avais repris vie peu à peu, mot après mot je m'étais apaisée.

    Je suis ravie de votre joli commentaire, merci

    Julie...

  • #4

    Julie Timorées (jeudi, 03 juin 2010 19:04)

    Bonsoir Masha,

    Tes trois petits mots me vont droit au cœur♥
    Tu sais combien ton soutien et ta présence compte pour moi...

    Julie...

  • #5

    Raphaël (jeudi, 15 juillet 2010 18:00)

    Diable de feuille blanche !!! Je la connais parfois, mais heureusement, il me suffit de commencer à écrire pour finalement trouver le sens.

  • #6

    Julie Timorées (mardi, 20 juillet 2010 18:54)

    Raphaël,
    L'écriture c'est comme une thérapie!
    Elle m'est devenue vitale et me permet à moi aussi de trouver ou retrouver le "sens" parfois!

    Julie...

  • #7

    Soloist (mardi, 14 septembre 2010 09:19)

    Ha! peut etre un debut de réponse à la question posée ailleur...
    L'auteur est elle aussi fébrile que ses ecrits ?
    Il semblerait que oui!
    Merci encore pour le partage... de sensation :)

  • #8

    Julie Timorées (vendredi, 17 septembre 2010 15:23)

    Soloist,

    Je préfère laisser à ton esprit le soin d'imaginer ce qu'il désire...
    De rien pour ce partage & merci :-)

    Julie...

  • #9

    lilaslune (lundi, 04 octobre 2010 13:03)

    voici un texte que j aime beaucoup ''la page blanche'', que artiste ne connais pas ce syndrôme, et oui savoir se lâcher et se décontracter pour nous aider à créer, voilà la bonne recette, chère Julie, Merci pour tes textes! tu as une vraie jolie plume!bises
    Lilaslune

  • #10

    Julie Timorées (vendredi, 08 octobre 2010 11:28)

    Chère Lilas :)

    Écrire cette Feuille blanche a été pour moi comme une délivrance...
    Cette recette là est finalement très simple, il suffit de parvenir à la réaliser ;)

    Merci pour tes mots, ils touchent infiniment ma vraie jolie plume...

    Je t'embrasse,

    Julie...

  • #11

    A (jeudi, 14 octobre 2010 15:16)

    Julie,

    Toujours aussi sublime, qui passe de la tristesse au plaisir en même temps qu'elle passe du vide au rempli... Un texte fort bien écrit, qui joue habilement sur ce double registre sans que le lecteur ne s'en aperçoive vraiment...

    Et à la fin de la lecture on n'a plus qu'une seule envie : être ces doigts, ces doigts magiques qui ont à la fois écrit ces mots et caressé cette fleur...
    Je crois qu'on aimerait tous connaître de si magnifiques "Feuilles Blanches" !

    Si je n'étais pas au travail, je desserrerais ma mâchoire et laisserais couler mes larmes...

    A, ému...

  • #12

    Julie Timorées (lundi, 08 novembre 2010 11:41)

    Bonjour A,

    Merci beaucoup pour ce magnifique commentaire, je crois que tu as très bien comprit le message que je souhaitais faire passer au travers de ce texte....

    Au plaisir,
    Julie... émue à son tour :-)