Cher lecteurs & lectrice,


Ce petit récit que je vous propose est la libre adaptation que m’a inspiré l’histoire de « Julian », un ami de longue date. Celui-ci me l'a racontée il y a quelques mois et j’ai tout de suite eu le désir d’en écrire une version.

 

Pour des raisons légitimes d'anonymat, les prénoms ont bien entendu été modifiés!

 

J'espère que vous prendrez autant plaisir à la lecture de mes mots que ce que j'en ai eu à les écrire, le tout inspiré de l'expérience vécue par Julian ;)

 

Merci à lui d'avoir accepté que je l'écrive à ma façon dans un premier temps puis que je la partage ici avec vous aujourd'hui.

 

Je remercie également celle qui me relit et qui corrige mes récits depuis quelques temps déjà, sa présence m'encourage, elle se reconnaitra, tout comme Julian :D

 

Je vous embrasse,

 

Julie...

Les Chandelles

L'histoire s'est déroulée à peu près de cette façon, même si le souvenir reste un peu flou dans la mémoire du jeune homme...


Un soir, Julian décide d'aller passer la nuit dans le club libertin très raffiné qu'est "Les Chandelles"...

A plusieurs reprises il en avait entendu parler et cette fois sa curiosité a enfin pris le dessus. La tentation est trop grande, trop forte, ce soir il va franchir les portes de ce haut lieu libertin de la capitale. Le tout avec une certaine appréhension certes, mais il le désire si fort. L'univers de l'échangisme l'attire, il ensorcelle son esprit...

 

A la nuit tombée Julian rejoint le cœur de Paris, tout près du Louvre. Pour cette occasion il porte une jolie tenue noire, très classe, il pousse le détail jusqu'à son boxer, noir lui aussi. Seule sa chemise est blanche, le contraste lui va à merveille. Il avance sûr de lui dans les rues, le regard de ceux qu'il croise lui confirme son élégance et tout ce qu'il dégage. Une bouffée de confiance l'envahit, il se sent conquérant.


Pourtant au fond de lui une légère angoisse est présente, c'est souvent comme ça la première fois, il le sait bien. Au coin de la rue des Chandelles se tient une magnifique et majestueuse fontaine, à ses côtés une statue de Molière. L'endroit est calme et tellement silencieux qu'un instant il hésite, mais bien vite se ravise et reprend son chemin. Plus que quelques pas et il y sera !

 

Julian sonne à la grande porte. Quelques secondes plus tard le regard qui le scrute à travers le judas le jauge en un instant. La porte s'ouvre et il découvre un homme assez jeune, plutôt charmant, il porte un catogan et sa tenue ne cache rien de ses muscles puissants et bien dessinés. Il recule d'un pas tout en l'invitant à entrer. Soulagé d'avoir passé la porte sans souci, Julian paie son entrée à une jeune femme installée derrière un petit comptoir feutré. 98 euros pour un homme seul, l'addition est sans doute à la hauteur de l'établissement, tout au moins il l'espère.

 

Les lieux sont sombres et somptueux, il a du mal à croire ce qu'il voit, l'ambiance est intime et chaleureuse, à l'image de ce qu'il avait pu imaginer. Son regard savoure et se repait de cette vue. Il aime toutes ses petites lumières qui lui font tout à coup songer à des lucioles. Peu à peu son regard s'habitue à cette semi pénombre, s'offre alors à ses yeux un spectacle assez irréel; il a soudain la sensation d'être dans un tout autre univers. Les femmes sont toutes vêtues de robes de soirée magnifiques, les hommes eux sont en costumes. Lui vient alors à l'esprit une scène de casino à la James Bond. Julian devine des corps dans les petites alcôves qui se trouvent dans le fond, sans doute des couples qui se mêlent et s'emmêlent sensuellement ; leurs soupirs et leurs gémissements sont à peine audibles mais c'est très troublant pour le jeune homme...

 

Débute alors l'ascension de son désir, celui-ci prend possession de son corps. Il s'amplifie lorsque son regard effleure cette créature fabuleuse. Même dans ses rêves les plus fous il n'aurait pu l'imaginer aussi belle, troublante et parfaite. Il reste sans voix, le corps tendu et l'esprit totalement chamboulé par cette vision presque irréelle. Le regard de la demoiselle croise le sien, il l'observe. Sa silhouette est grande, fine et élancée, son teint d'ébène se marie à merveille avec sa chevelure noir de jais.

 

Elle plonge son regard dans le sien et le dévisage au moment où il se dit que son visage est vraiment très harmonieux. Elle est divine dans cette robe de soirée. L'esprit de Julian s'égare le long de ses courbes généreuses et bien proportionnées. Elle le dévore littéralement des yeux, un désir fulgurant monte en lui, ses yeux sont sombres et perçants. Tout ce qu'elle dégage l'attire irrésistiblement...

 

N'ayant de toute façon rien à perdre, il s'approche de sa table et se présente poliment. Il ose et la questionne sur le fait qu'elle soit seule dans son coin, isolée de tous. Il lui demande pourquoi elle ne se mêle pas aux autres, pourquoi ne savoure t-elle pas elle aussi les escapades libertines qui emplissent les lieux. Elle laisse quelques secondes s'écouler puis sans quitter son regard elle lui souffle de sa voix chargée de sensualité que ce n'est pas son monde. Elle lui dévoile que sa préférence va au SM tout en lui glissant dans le creux de la main une petite carte avec son numéro de portable inscrit dessus. L'écriture est belle et harmonieuse, il découvre qu'elle se nomme Nâdiya. Il se dit que ce prénom lui va à ravir. Elle lui explique brièvement que s'il le désire, et bien ils pourraient s'amuser tous les trois avec son compagnon...

 

Julian est très troublé, très impressionné également mais il ne se démonte pas pour autant et répond à la belle qu'il est partant ; sans trop savoir dans le fond s'il a en lui les capacités requises pour s'adonner aux jeux du célèbre marquis ?

 

Il dépose sa carte tout près de la main de Nâdiya avant de la quitter. Sans un mot de plus, il se replonge dans l'obscurité de ce temple de la luxure et se mêle doucement aux participants...

 

Quelques jours plus tard, alors que Julian n'a de cesse de repenser à la jeune femme, à cette beauté africaine qui l'obsède, son téléphone sonne. D'une voix sensuelle et langoureuse elle lui propose de venir se joindre à eux le soir même au « Barbare ». A ce nom et tout ce qu'il évoque, Julian frémit d'excitation et d'appréhension mêlées. L'établissement se situe tout près des Halles, à une époque il passait souvent devant sans même y avoir jamais prêté attention. Il comprend désormais beaucoup mieux ce qui doit se passer entre ces murs la nuit.

 

Il imagine sa brune ténébreuse, adepte du SM, en ce lieu. Ses pensées divaguent, il se dit qu'il délire et qu'il est préférable pour lui de patienter jusqu'au soir afin de se rendre compte par lui-même, sans stress et en savourant chaque instant de cette troublante aventure. Julian se glisse sous l'eau chaude, cette douche va le détendre avant de partir les rejoindre, il s'offre de douces caresses en pensant à Nâdiya. Elles apaisent son corps et son esprit pour un temps.

 

A l'heure prévue il est devant le « Barbare ». Il est là depuis une dizaine de minutes lorsqu'un taxi stoppe à sa hauteur. Sa brune incendiaire en descend, suivie de près par un homme sans charme. Petit, rond et pratiquement chauve. A la vue de ce couple improbable il se dit que ce monsieur a sans doute de l'argent, suffisamment en tout cas pour que cette jolie brune partage la vie de cet individu qui lui semble totalement insipide...

 

Nâdiya fait les présentations et ils pénètrent tout les trois dans l'antre du « Barbare ». L'endroit est très sombre, trop sombre, le manque de classe de l'établissement et l'impression que s'en fait Julian est assez négative. Seul il serait reparti sans attendre mais la présence de sa belle brune le retient tout naturellement, il est sous son emprise. La salle est vide et la serveuse qui ne semble pas détenir plus de classe que les lieux est seule. A voir l'expression de son visage on comprend tout de suite qu'elle s'ennuie derrière son comptoir.

 

Julian commence à se poser des questions quant à sa présence ici. Dans quelle aventure est t-il  en train de s'embarquer?

L'angoisse monte en lui... Et si tout cela n'était qu'un piège?... Et s' il n'était qu'une proie sans défense sur le point de se faire enrôler dans une sacrée galère, tout cela pour les beaux yeux d'une brune incendiaire. Mais quel idiot !

 

Le petit homme presque chauve le sort de ses noires pensées pour l'inviter à déguster une coupe de champagne en leur compagnie. Ils s'installent à une table dans le fond et Nâdiya s'assoie tout contre lui sur la petite banquette qui manque cruellement de confort. Le petit gros prend place en face d'eux et entame la discussion. Il se révèle être très bavard et accueillant. Il lui explique être chirurgien esthétique et Julian comprend mieux l'intérêt que porte Nâdiya à cet homme...

 

Une fois leurs coupes terminées Nâdiya prend la parole et exige que le jeu débute. Julian lui explique alors qu'il est novice et qu'il ne sait pas vraiment jusqu'où il lui sera possible d'aller. Elle lui répond d'un magnifique sourire tout aussi inquiétant que rassurant.

 

La belle brune entraine le trio dans une pièce quelque peu à l'écart. Un siège à la forme étrange inquiète tout de suite Julian, il trône seul au beau milieu de cette petite salle peu accueillante. Il est équipé de menottes à chacun de ses accoudoirs. Julian qui est déjà en plein stress frémit de plus belle lorsqu'il aperçoit un énorme fouet suspendu au mur...

 

C'est à cet instant précis que Nâdiya ordonne violemment au petit chirurgien de quitter sa veste et sa chemise puis de se mettre à genoux devant elle. Julian a un mouvement de recul mais elle lui intime d'une voix autoritaire de ne pas bouger, de rester où il est et qu'elle a une surprise pour lui. Le sang du jeune homme se glace et ne fait qu'un tour. Il est comme paralysé alors qu'elle traverse la pièce, attrape une paire de menottes, puis revient vers lui.

 

Tout en douceur elle les lui passe. Il se dit que cette douceur est toute en contradiction et cela a pour effet de l'exciter plus encore. Il n'ose pas bouger, c'est à peine s'il respire alors qu'elle rejoint le petit homme. Sans crier gare elle lui assène un violent coup dans le dos tout en lui criant : « Tu aimes ça hein ? ».

 

Et lui de hurler : « Oh oui, c'est bon ! »

 

Elle renouvelle ses coups une bonne dizaine de fois sous les hurlements approbateurs de l'homme qui semble réellement y prendre beaucoup de plaisir. Julian se sent perdu, comme désemparé et il craint un instant le pire lorsqu'elle décide de venir s'occuper de lui. Doucement, très lentement, ses doigts fins glissent et se faufilent le long de ses courbes. Elle se sépare de sa délicieuse tenue de soirée qui choit au sol sans un bruit et offre à son regard une femme aux formes sublimes, qui possède une aura hors du commun.

 

La voilà nue. Elle ne porte plus que ses talons aiguilles, Julian est subjugué. Il est hypnotisé face à tant de beauté, la perfection des lignes de son corps lui semble irréelle. Sa poitrine et ses tétons érigés, comme bandés, trahissent le désir qui sévit déjà en elle.

Elle le rejoint, se colle tout contre son corps, sa main se glisse entre les jambes de Julian pour une caresse des plus sensuelles et très excitante pour le jeune homme.

 

Elle libère son sexe de l'emprise de son boxer et de son pantalon pour infliger un délicieux va-et-vient à sa hampe gorgée de désir. Le plaisir de Julian semble intense mais elle cesse ses mouvements afin de lui baisser son pantalon. Elle se recule de quelques pas et lui demande doucement de se caresser tout en la regardant s'exhiber. Lascive elle ondule devant lui. Elle le met ainsi au supplice et malgré l'entrave des menottes il parvient à s'exécuter tant bien que mal, le plaisir l'envahissant par vagues...

 

Tout à coup elle crie à son dominé qu'il en a eu suffisamment et qu'elle va maintenant s'occuper du sort de leur invité. Elle se retourne, fait quelques pas vers Julian puis remonte son pantalon avant de l'entrainer dans une pièce adjacente dont il n'avait même pas vu la porte jusqu'alors. Elle se fait alors plus sauvage et lui arrache tous ses vêtements avec empressement avant de le forcer à s'asseoir à même le sol.

 

Là elle lui ordonne de se coucher et de la baiser comme elle le mérite. Les cris du chirurgien l'informent qu'il n'est pas du tout d'accord avec cela mais elle n'en tient pas compte, elle se colle à lui et s'agrippe à son sexe tendu avant de s'empaler sur lui sans plus de préliminaires. Elle ondule sur lui, sa fleur aspire son sexe, ses lèvres l'enveloppent et l'enrobent de son nectar d'amour mielleux.

 

La jouissance est toute proche. Julian tente au mieux de maîtriser son désir qui se fait de plus en plus ardent alors qu'elle le chevauche avec frénésie, d'amples et puissants coups de reins qui le transportent dans l'antre de tous les plaisirs. Son corps brûlant est en fusion, il s'accroche à Nâdiya et elle crie de plaisir. Ses hurlements semblent faire écho à ceux désespérés de son soumis. Plus elle gémit et plus il crie. Julian quant à lui savoure tous ces instants avec délectation. Il tente de graver en lui ces minutes exquises.

 

Soudain Nâdiya lui hurle qu'elle va jouir et qu'elle désire qu'il jouisse maintenant, lui aussi. Il s'abandonne alors sans retenue à son plaisir. Sa jouissance atteint son paroxysme et les spasmes de l'extase l'emportent par vague. Sa belle jouit également, capturant plus fort encore sa verge, l'orgasme s'emparant d'elle dans un long râle. Ce moment sublime est unique, orgasmique et partagé.

 

Nâdiya reprend peu à peu ses esprits, libère le sexe encore captif du sien, se relève et sans un mot se rhabille. Elle le libère de ses menottes, lui offre un baiser furtif du bout des lèvres puis lui fait signe de ne dire mot. Julian remet ses habits et la suit. Ils rejoignent le petit homme dans la pièce à côté et le découvrent prostré.

Julian s'attend à recevoir les foudres de l'homme trompé, mais il n'en est rien. Tout au contraire, celui-ci le remercie pour tout et lui serre la main. Julian est totalement déboussolé par tout cela, cette soirée lui laisse une sensation étrange alors qu'ils se disent au revoir devant l'entrée...

 

Confortablement installé dans son taxi, il repasse dans son esprit tous les instants de cette troublante soirée. Il en arrive à la conclusion que les apparences sont parfois bien trompeuses, car dans ce genre de relation les rôles sont totalement inversés. L'homme qui dans la vie de tous les jours a le pouvoir, l'assurance et l'argent laisse sa virilité de côté. Il offre tout pouvoir à la femme, en totale confiance et sans condition. Les rôles sont inversés lors des pratiques SM. C'est peut être la seule façon pour eux de rétablir un certain équilibre dans leur vie.

 

Arrivé chez lui, Julian rallume son téléphone portable et y découvre un message sur son répondeur. Cette voix langoureuse et traînante, il la reconnaitrait désormais entre mille, c'est celle de sa Maitresse d'un soir...

 

L'appel n'a que quelques minutes. A trois minutes près il aurait pu l'avoir en direct. Elle lui glisse à l'oreille de venir les rejoindre à leur appartement dans le 16ème et se dit impatiente de le retrouver. Il entend de l'eau qui coule, sans doute pour un bain dans lequel elle va se glisser. Tout d'abord rêveur il se dit qu'il aurait du remettre en route son portable en sortant du Barbare, puis viennent à lui d'autres pensées...

 

Qu'est ce que ce couple avait bien pu prévoir pour lui ?

Quel rôle lui restait-il maintenant à jouer pour eux ?

 

A ces questions un grand frisson de sueur froide lui glace instantanément l'échine...

 

Julian se dit que même sous le charme de cette beauté-là, il n'est pas prêt à tout pour elle...

 

Son portable éteint était peut être un signe du destin !

 

Julie Timorées, tous droits réservés

Écrire commentaire

Commentaires: 4
  • #1

    Nicolas (samedi, 20 novembre 2010 19:58)

    Superbe compte-rendu de ces deux soirées, surtout la deuxième. Je ne connais pas bien le milieu SM sauf si l'on excepte l'ersatz virtuel qui sévit sur Second Life, mais cette histoire est remarquable de la beauté et de la sensualité brutale et merveilleuse qui peuvent s'en dégager.
    Bravo, Julie.

  • #2

    Rosebud (jeudi, 09 décembre 2010 14:55)

    Voilà que votre plume s'aventure avec brio dans les méandres de la D/s, en compagnie de personnages atypiques...
    C'est avec un plaisir non dissimulé que l'on se laisse entraîner dans le trouble de ces délicieuses tentations !
    Mais au fil de vos mots, je vous suivrais jusqu'au bout de la jouissance... de vous lire...
    Permettez-moi de lier mes baisers à votre destin Chère Julie.

  • #3

    Julie Timorées (samedi, 11 décembre 2010 16:09)

    @ Nicolas,

    Je suis sincèrement heureuse que tu ais aimé ma façon de vous faire partager l'histoire de Julian car c'est la sienne et elle est véridique!
    J'ai peu de mérite concernant ces deux soirées là car je n'ai fait qu'utiliser mes petits mots à moi pour raconter au travers de mon propre regard(tout aussi "imaginaire" qu'il soit!) ce que Julian a vécu.

    Pour ma part je ne connais pas du tout le milieu SM mais j'avoue que j'ai tout de même apprécié le fait de me plonger dans ce petit récit.

    Merci de tes mots Nicolas, c'est toujours un plaisir :-)

    Julie...

  • #4

    Julie Timorées (samedi, 11 décembre 2010 16:25)

    @ Rosebud,

    Il est agréable de vous relire par ici Rosebud, comme je le disais à Nicolas juste au dessus cette histoire, tout comme ses personnages sont réels, je ne suis pour rien dans le fait qu'ils soient atypiques...
    Mais je reconnais que j'ai sans doute, presque inconsciemment, du ajouter pas mal de petits détails, mais ca, seul "Julian" le sait ;)

    Merci pour ce joli message déposé monsieur le mystérieux Rosebud

    Julie...

Le préservatif est rarement présent dans mes récits mais il est très important de toujours vous protéger!

TOUJOURS !