Miroir d'un songe...

Entre nous tout  a débuté par un simple croisement de regard.

Dès cet instant j'ai su...

 

Avant même que les présentations ne soient faites, je me sens déjà sous son charme, c'est très troublant. Je ne sais rien de cet homme, pourtant tout ce qu'il dégage résonne en moi.

 

Ce qui émane de lui me parle et m'envoûte. Je me retrouve en lui, intensément, si intensément. Je savoure tout ce que sa simple présence m'offre comme émotions et sensations juste là, au creux du cœur et du corps.

 

Un doux fantasme prend vie et j'aime qu'il parvienne à éveiller cela en moi. Il stimule et titille délicieusement mon imaginaire. Et me voilà qui m'égare, mon esprit s'évade et s'abandonne à mes rêveries.

 

Sait-il seulement combien les désirs incandescents de mon corps fiévreux d'envies me font vaciller par instant ?

 

J'aimerais tant que là, tout de suite, il soit face à moi. Son regard lové au creux du mien. Ses mains qui me caressent me font fondre. Mes lèvres cherchent les siennes, elles s'y égarent. Je le savoure et j'ai très envie de faire lentement, très lentement monter le désir en lui, en nous...

 

Nos mains se caressent, elles ne se quittent plus. Nous restons comme ça de longues minutes à échanger de sensuels baisers et d’autres plus mordants, de plus tendres également...

Plus tard, j'aimerais qu'il fasse de moi ce qu'il désire. J'ai très envie de m'abandonner à lui, totalement, sans plus rien maîtriser, être à lui pour un temps.

Tout oublier et partager bien des plaisirs avec lui. Faire ensuite de cet homme mon "jouet" me plairait au plus haut point. A lui également, j'en suis certaine. Abuser de lui, de ses baisers et de ses caresses.

 

Me laisserait-il lui faire l'amour comme mes sens me le dictent ?…


Le simple fait d'y songer me trouble. Mon ventre se serre de peur qu'il ne partage pas cette envie et mes désirs. Et puis s'il se serre tant, c'est parce que tout cela j'aimerai le partager avec lui ...

 

J’ai très envie de lui, il le sent et il en joue. Il profite de mon désir pour me rendre impatiente. Je ne suis sans doute pas aussi vulnérable que ce qu'il peut croire et un jour ce sera lui l’impatient !

 

Presque nue, je l’entraîne à même le sol, sur ce plancher en bois tout doux. Un soixante-neuf terriblement sensuel et délicieusement sexuel débute. Une fois notre désir à son apogée je me retourne. Ma poitrine frôle son corps, puis je le chevauche telle une amazone. J’entame un lent va-et-vient, son sexe tendu coulisse entre mes lèvres, mon plaisir ruisselle et inonde sa queue, intensifiant le plaisir.

 

De petits cris de plaisir s’échappent d'entre mes lèvres. Il me caresse la poitrine avec adresse, chacun de ses gestes me fait frissonner de bien-être. J’ai très envie de le sentir plus profondément en moi et je l’encourage à venir à la rencontre de mes coups de reins. A chaque aller et retour je libère presque totalement sa hampe, ne la laissant à nu qu’une minuscule fraction de seconde qui lui semble durer des heures...

 

Il se lève et m'entraine vers la table pour m'y faire passionnément l'amour. Je me sens au bord de l'orgasme, je perds pied. Regard contre regard, le plaisir nous envahit. Il est doux et animal du même temps, c'est un délice immense. La jouissance m'envahit. Cet orgasme me terrasse, je lui crie tout ce plaisir. Sous les assauts de ma fleur il libère sa jouissance, la laissant monter, puis s'épanouir. Il jouit en moi, de moi, pour moi. C'est intense, son visage me le dit, il irradie.

 

Lentement il me relève et m'attire à lui. Nous nous embrassons d'une façon extraordinaire. Nos langues se mélangent, c'est un bonheur suprême...

 

Mon rêve évolue et nous sommes dans une grande chambre. Le lit est défait et je ne sais même pas si c'est le nôtre. Le soleil illumine magnifiquement la pièce. Je suis face à lui. La fenêtre est grande ouverte. Il fait un peu frais pour que je me dénude et pourtant je laisse choir un à un mes vêtements sur le sol, mon regard dans le sien.

Le frisson qui me parcourt rend tout à fait attrayant le relief de ma peau qui se framboise. L'effet semble lui plaire car il a bien du mal à résister. Ses yeux courent le long de mes courbes, il caresse mon corps de son regard envoûtant. J'ai la sensation de sentir le velouté de ses doigts qui s'égarent sur le galbe de mes fesses, simple hallucination sans doute puisqu'il est toujours à quelques pas de moi...

 

Sans un mot je m'allonge nue entre les draps froissés de ce lit. Le soleil effleure mon corps de ses rayons indiscrets, tandis qu'il m'observe tel un photographe semblant chercher le meilleur angle pour sa prise de vue. Si c'est le cas, alors je lui offre le meilleur de mes courbes et de ma volupté afin de séduire son appareil photo. A moins que ce ne soit le photographe que je désire faire vaciller.

 

Lascive je m'étends, mes cheveux ondulent sur les draps, tout comme mes reins. Sous son regard je me fais langoureuse et sensuelle, pointant l'arrogance de mes seins vers lui. Les draps s'enroulent autour de ma cuisse, dévoilant au passage ma brune toison finement ciselée. Ses yeux impriment dans son esprit mes poses de plus en plus suggestives et ce, au rythme lent de mes ondulations.

 

Mes mains dessinent des arabesques à la surface de ma peau, du velouté de mes cuisses jusqu'à la soie de mes longs cheveux qui s'emmêlent. L'ombre et la lumière sculptent mon corps avec grâce. Elles le subliment, masquant subtilement le moindre défaut, tout en préservant le secret de mon intimité. Celle-là même où mes doigts s'aventurent déjà, au-delà du raisonnable ...

 

Ils filent doucement entre mes lèvres pour lui offrir un zeste d'érotisme, tout en suggestion. Son regard gourmand se délecte de cette scène. Je roule sur le ventre et la croupe légère, j'offre à sa vue la rondeur insolente de mon fessier. L'œil brillant il me parle du bout des yeux. Je sens bien qu'ils désirent ardemment suivre la progression de mes doigts dans le sillon de ma fleur écarlate. Elle est luisante de ce désir qui monte de plus en plus en moi ...

 

A pas de loup il me rejoint tout en se déshabillant lentement. Faire durer chaque seconde une éternité est un doux supplice. Il prend place à mes côtés, sa main palpe sensuellement mes fesses. Ce tout premier contact m'électrise alors que je me retourne vers lui. Les yeux dans les yeux ou presque, sa main glisse entre mes cuisses et se mêle au jeu insidieux de mes doigts. De l'autre il m'offre une caresse dans le creux du cou, tandis que ses lèvres s'aventurent à la rencontre des miennes. Un doux baiser accompagne désormais nos caresses...

 

Mon corps ondule de plus belle. Il frôle le sien, comme pour le provoquer. Je dodeline tout doucement en soupirant d'aise alors que son majeur prend lentement le chemin soyeux de ma fleur. Il frôle, effleure et caresse avec subtilité mon intimité qui se fait de  plus en plus désireuse... de lui...

 

Glissant son doigt il me pénètre, m'arrachant quelques gémissements approbateurs. L'endroit est chaud, humide, accueillant, et les sensations sont pour lui un pur délice. Il me fouille soigneusement, avec volupté et délicatesse. Sa retenue s'efface peu à peu... 

 

Les sensuels méandres de ma fleur en pleine éclosion ne lui sont plus étrangers. Il désire alors exploiter cet aspect de mes délices qui s'offrent à lui. Les explorer lui semble être une bien jolie perspective. Ses doigts me délaissent, libérant mon intimité de cette douce emprise. Sa langue joueuse, sensuelle et malicieuse plonge et se plait à savourer le goût de ce fruit interdit. Aucun mot n'est suffisamment puissant pour décrire la jouissance de ces instants-là !

 

Ils demeurent indescriptibles, tellement ils sont intenses...

 

L'ivresse s'empare de nos sens. Son sexe est au comble de ses désirs et tendu à l'extrême. Mais pour l'heure il ne s'agit que de l'étreinte de ma fleur avec sa langue coquine. Celle qui va nous entrainer à la dérive, jusqu'à l'extase...

 

Retour à la réalité, tout cela n'était qu'un rêve. Rêve dans lequel je me suis fondue avec plaisir...

Je me demande où me mènera mon prochain songe ?

Julie Timorées, textes déposés, tous droits réservés

Écrire commentaire

Commentaires: 4
  • #1

    Nicolas (dimanche, 19 décembre 2010 07:36)

    Des rêves comme on aimerait en faire plus souvent.
    Toute en brumes et en illusions, mais d'une consistance étonnante, ton écriture continue de m'émerveiller, Julie.

    Bonne journée.

  • #2

    Julie Timorées (mardi, 01 février 2011 11:39)

    Cher Nicolas,

    Te lire ici est toujours un réel plaisir, heureuse que ce petit texte te plaise.
    J'espère sincèrement que mon écriture ne cessera jamais de t'émerveiller, ce serait fabuleux d'y parvenir.
    Tes mots sont toujours encourageants, merci Nicolas.
    A bientôt,

    Julie...

  • #3

    Un rêveur... (mardi, 08 janvier 2013)

    Julie,

    Je n'ai qu'un seul désir, être "Celui" de votre songe, y plonger avec délice... Mais avec Vous Julie, pas seul!

    :)

  • #4

    Julie Timorées (mardi, 28 mai 2013 18:53)

    Bonsoir Cher Rêveur,
    C'est un joli compliment que vous me faites là...
    Vous savez, dans votre imaginaire, tout est possible ;)

Le préservatif est rarement présent dans mes récits mais il est très important de toujours vous protéger!

TOUJOURS !