Nuit d'orage...

Une nuit d’été, 23h30…

Elle s'endort en repensant à cette merveilleuse dimension qui l’unit à lui. Elle la laisse l'envelopper pour mieux l'emporter dans le monde des rêves, dans leur dimension à eux, celle où tout est possible.

 

2h05...

L'orage gronde au loin...

De magnifiques éclairs illuminent le ciel de cette nuit d'été orageuse.

 

2h59…

Une pensée la réveille mais elle s'efface presque aussitôt de son esprit, le monde des rêves est un mystère. Elle est sans aucun doute voluptueuse cette pensée, peut être même coquine si elle en croit l'humidité qui s'échappe de sa fleur.

Le visage de cet homme se dessine alors dans son esprit, il la tient éveillée. Elle se sent comme entre deux mondes, à la fois lovée là entre ses draps et tendrement dans ses bras. Elle aimerait qu'il soit l'instigateur de son plaisir.

A distance et dans ses pensées elle lui offre ce pouvoir, le créateur des sens, de ses sens, c'est désormais lui, si il le désire.

 

3h10...

Un violent coup de tonnerre la sort brusquement de son sommeil.

L'orage est tout proche désormais.

 

3h20…

Le sommeil ne veut plus d'elle, mais qu'importe; ses doigts glissent le long de ses courbes, passent et repassent sur elles. Son corps se tend sous ses caresses. Elle se cambre sous l'effet de ses propres effleurements. Portée par ses songes, toutes ses idées convergent vers lui. Il l'obsède.

Une sorte de connexion intracérébrale prend vie entre eux.

Elle l'imagine en train de se caresser lui aussi. Des pensées similaires à celles de la jeune femme le sortent agréablement de sa nuit.

La connexion est établie, il tente d'apaiser les désirs qui prennent vie en lui. Pour cela il lui faut les satisfaire.

 

Sa main s'égare sur son torse, elle effleure ses tétons et passe sur son ventre avant de venir s'attarder entre ses cuisses. La sensation est douce et chaude, cette émotion l'enveloppe tout entier et à distance il embarque la jeune femme avec lui.

 

De son côté, tout en continuant à se toucher sensuellement du bout des doigts elle l'imagine faisant de même, ses caresses se mêlent aux siennes en les guidant sur les chemins du plaisir. Son esprit s'évade et file par vague à la recherche de sa jouissance, les doigts de l'homme remplacent les siens au cœur de son imagination.

Tout cela est si palpable, ses sensations ont ce goût du vécu, elle le sait pertinemment, il n'est pas réel ; pourtant elle continue et s'offre à lui.

Ce sont bien ses mains qui le caressent à travers leurs esprits désireux. Elle lui souffle à l'oreille de seulement imaginer et de se laisser aller. Il dépose ses doigts sur ses seins frémissants,  à ce contact ils se durcissent et son souffle s'accélère.

 

Ses mouvements se font de plus en plus coquins. Sa main entame une descente délicieuse tout le long du corps de son amant. Arrivée au niveau de son bas ventre elle sent son sexe tendu sous ses petits doigts agiles. Il pleure son désir pour elle. Elle succombe et le caresse, le libérant doucement. Son gland durcit plus encore et sa mouille se répand sur toute sa hampe. Au gré de sa caresse se sont ses lèvres qui viennent prendre le relais.

 

Les coups de tonnerre amplifient leurs sensations, les rendant plus fortes et plus intenses. Des trombes d'eau s'abattent au dessus de chez eux, le bruit est assourdissant mais ils n'en n'ont que faire. Seul leurs plaisirs comptent!

 

Elle aspire avec gourmandise sa queue si douce, sa langue la cajole, tourne autour et la happe, cela lui semble sans fin. Il gémit tant le plaisir est fort, ses hanches la pousse vers elle alors qu'elle joue tendrement avec ses bourses. Le plaisir s'intensifie, elle le sent déjà si proche de la jouissance… le temps se suspend, petit retour en arrière, elle se remémore cette si délicieuse fin d'après midi, assise au soleil. Elle est à la terrasse d'un café, elle l'attend. Soudain son souffle se glisse dans son cou, il est arrivé silencieusement.

La surprise fut si grande, si excitante qu'elle en a littéralement mouillée sa petite culotte en quelque instant. L'envie de lui est fulgurante, une envie à assouvir…

 

L'orage ne se calme toujours pas, il est près d'eux, presque contre leurs corps. L'homme intensifie ses caresses. Son plaisir monte, il ne le retient plus et laisse l'orgasme prendre possession de son corps. Son regard se plonge dans celui de la jeune femme et ils jouissent de concert.

 

Le plaisir les envahit par vagues, les vagues de l'extase!

Ils vivent cet instant sans se poser de question.

Sa semence jaillit en elle, leurs cris sont étouffés par les coups de tonnerre. Ils se font de plus en plus fort. Leur jouissance est intense, si intense. Quand elle rouvre les yeux, elle est là, dans son lit, les éclairs illuminent la chambre, elle y est seule…

 

Elle avait pourtant cru, elle en était même certaine.

Son souffle dans le creux de son cou elle l'a senti. C'est indéniable et tellement beau.

 

Le sommeil prend finalement possession d'elle, jamais elle n'oubliera cette nuit avec lui.

Ils se retrouveront demain, sur une plage, un pont entre deux rives ou bien encore à  la terrasse d'un café… seul au monde au beau milieu des autres.

Julie Timorées, textes déposés, tous droits réservés

Écrire commentaire

Commentaires: 5
  • #1

    didierot13 (mardi, 12 avril 2011 16:13)

    quel délice à te lire, ta sensualité est merveilleuse, avec toi je rêve,je me laisse emporter par mille vagues d'émotions et d'érotisme, je surfe sur tes mots et ta légèreté et ton mystère ne me donne qu'encore plus envie de te découvrir et de t'aimer...en silence..à pas feutrés comme tes phrases qui s'infiltrent en moi..si tu en es leur proche reflet alors vraiment je ne peux qu'être admiratif, subjugué...Merci

  • #2

    Mathias (mercredi, 13 avril 2011 16:51)

    Belle illustration de ce que certain nome un orage neurohypophysaire...

    Il est agréable de se balader dans vos rêvasseries. Ce joli songe érotique nous transmet toutes les caresses et tout le plaisir charnel de ce rêve tropical, intense et humide à la fois

    Merci pour ce moment de sensualité orageuse, cette nuit, j’ai un rêve à faire !

  • #3

    Julie Timorées (lundi, 04 juillet 2011 16:41)

    Bonjour,

    @ Diderot,
    Mon cher, c'est un bien joli commentaire que tu m'as déposé, merci, je suis heureuse que ce texte te plaise!

    @ Mathias,
    Bienvenu par ici, l'image que tu te fais de cet orage me plait beaucoup, je suis ravie de ce que ce texte t'inspire.
    Merci pour tes mots et au plaisir de te lire à nouveau par ici, pour nous raconter ton rêve peut être ;)

    Julie...

  • #4

    lapislazuli (mardi, 05 juillet 2011 01:33)

    quoi de plus intense que de jouir en méme temps...l'extase.

  • #5

    Julie Timorées (vendredi, 08 juillet 2011 18:31)

    Tu as raison, cette extase là est divine, je suis heureuse qu'elle te plaise au travers de mes mots,

    Merci d'avoir laissé une trace de ton passage :-)

    Julie...

Le préservatif est rarement présent dans mes récits mais il est très important de toujours vous protéger!

TOUJOURS !