Une envie, l'envie du moment...

 

C'est l'histoire de deux personnes et d'une rencontre magnifique, ils ne se connaissent pas, ne se sont même encore jamais croisé.

Chaque jour cette jeune femme brune au regard pétillant emprunte le même chemin que lui mais dans le sens inverse et à des heures différentes.

Lui c'est un charmant garçon au regard rieur, sourire coquin et malicieux ; cheveux brun, il fait tourner bien des têtes. Il semble assez sur de lui et marche toujours d'un bon pas. Il ne se soucie guère des regards qui se posent sur lui.

C'est dans une petite rue pavée pleine de charme du vieux Lyon que cela se passe, ce jour là elle est en retard et ce retard fait qu'ils vont se croiser.

De loin elle aime l'allure, l'élégance et la sensualité que dégage cet homme.

 

Il ne semble pas la voir arriver vers lui. Elle, toute à ses pensées pour lui, trébuche quelques mètres seulement avant de le croiser. Elle se demande alors quelle idée a bien pu lui traverser l'esprit. Pourquoi porter de tels talons hauts dans ces petites rues pavées ?

Ce matin en enfilant sa petite jupe elle a pensé un instant qu'avec son manteau trois quarts on aurait presque l'impression qu'elle est entièrement nue dessous.

Cette idée se faufile rapidement dans son esprit durant la chute.

Cette fois ci, il n'a pas d'autre choix que de la voir! Assisse par terre, elle masse de sa main sa cheville un peu douloureuse.

Elle est à ses pieds lorsqu’il pose son regard sur elle, ses longs cheveux cachent en partie son visage.

 

En un instant elle se sent sous le charme.

Il s'accroupit doucement et leurs regards se croisent enfin...

Pour la première fois ses yeux se plongent dans les siens, leurs regards se reconnaissent, s'attirent et c'est comme un choc, une évidence.

Une espèce de coup de foudre vient de s'abattre sur eux et c'est plus fort que tout. Il en perd même un peu ses mots, se sentant soudainement un brin timide devant la jeune femme. Il est comme hypnotisé par son regard qui l'enflamme, ils échangent quelque mots. Sa cheville la fait atrocement souffrir.

Il lui tend la main pour l'aider, le bras de cet homme lui est précieux pour se relever. Elle s'y accroche, il est doux et puissant. Elle ne désire plus le quitter, ses gestes sont tellement délicats. Un courant magnifique passe entre eux, en voyant qu'elle souffre il lui propose de la raccompagner. Elle accepte volontiers, sa cheville n'est pourtant presque plus douloureuse. Cet homme lui plaît trop pour qu'elle le laisse s’évaporer dans la nature, son retard était un signe, elle doit suivre son instinct, se laisser guider. Elle pressent qu'elle ne va pas le regretter.

 

Les voilà tous les deux assis à l'arrière d’un taxi, n'osant même pas se regarder, très troublés tous les deux. L’instant est des plus magique même s'ils ne comprennent pas vraiment ce qui est en train de prendre vie entre eux.

Elle se plaît à se repasser encore et encore l'image de son regard dans le sien lorsqu'il l'a aidé à se relever, sa main dans la sienne. Elle se remémore le trouble et le frisson provoqué, la gêne et le désir mêlés. Tout cela par un simple contact, comment est-ce possible??

Son esprit s'évade...

L'envie de ne pas trop chercher à comprendre, de se laisser porter, de se délecter de l'instant présent et d’en profiter s'empare d'elle...

Mmmm oui profiter de lui, c'est de cela dont elle a envie, sans même connaître son prénom, sans rien connaître de cet inconnu qui la met déjà dans un état second.

 

Ils arrivent chez elle et il l'aide avec plaisir à gravir les marches qui mènent à son petit appartement au quatrième, il peut ainsi se rapprocher et enfin "toucher" cette jeune femme. Elle diffuse sur son passage une sensualité qu'il avait rarement rencontrée jusqu'alors.

 

Elle l'invite à entrer dans son petit appartement aux tons accueillants. Aux murs les couleurs chaudes du Sud donnent la sensation d'avoir changé de lieu, de ville, d'être au bord de la mer, de sentir le soleil alors qu'aujourd'hui il pleut doucement sur Lyon. Le tout confère au lieu une ambiance très chaleureuse et pleine de vie.

 
Son sourire le transporte, il se sent plein d'envie pour elle, ce désir est réciproque il en est certain et il se rapproche lentement d'elle. Sa hampe est gorgée de désir, tendue à l'extrême depuis l'ascension dans l'escalier.

Il ne perçoit aucun mouvement de recul de sa part, il tend la main vers elle pour l'aider à se débarrasser de son manteau, il la découvre en jupe. Il avait douté un instant qu'elle en porte une, il doit bien se l'avouer...

Elle est follement sexy et désirable vêtue de la sorte, il bande plus fort encore. Une humidité mielleuse se répand sur sa verge durcie.

Ce petit chemisier qu'elle porte moulant lui permet d’admirer une poitrine qu'il devine aisément généreuse, lourde, sans doute en forme de pomme, tout juste ce qu'il aime et il peut même en entrevoir un soupçon.

Sa main "ose", elle se glisse le long du dos de la jeune femme qui frémit sous ses doigts tout en le laissant faire. Son regard est comme une invitation à plus d'égarement de sa part, il en profite pour passer sa main sur son ventre puis remonte doucement à la recherche de quelques boutons à défaire, son autre main vient lui caresser la nuque, il passe ses doigts dans les longs cheveux bruns, tendrement.

 

Ses gestes sont sensuels et elle y est très réceptive. Brûlante d'envie elle désire venir se presser tout contre lui. Elle imagine sa hampe déjà tendue par cette envie d'elle qui lui tenaille sans doute le bas des reins. Le désir de venir la délivrer s'empare de son corps tout entier, son élégant pantalon est à présent trop étroit.

Ses mains viennent s'égarer sur lui, elle le caresse et le déshabille avec adresse, il se retrouve très rapidement vêtu de son seul boxer. De son côté il fait glisser la fermeture de sa jupe, laissant tomber celle-ci à ses pieds, il recule d'un pas avant de l'attirer à nouveau à lui.

 

L'esprit de la jeune femme vacille, tout se bouscule et elle perd pied.

Elle enjambe sa jupe et la voilà presque contre lui avec pour tout vêtement sa jolie petite lingerie fine assortie de couleur blanche, elle contraste avec sa peau hâlée.

 

Son prénom est Maria, elle est Italienne. Son physique et la couleur de sa peau, dont le grain se modifie sous l´effet du plaisir le laisse facilement deviner. Elle a un caractère coquin et affirmé.

L´homme qui l'a aidé et qui se trouve maintenant dans une situation délicieuse,

c'est Fred, un commercial qui fait preuve d'une aisance impressionnante avec les femmes, il sait les charmer d'un regard. Ses yeux de brun ténébreux font des ravages.

 

Ce matin en se levant il était loin de se douter de ce qu'il allait vivre aujourd'hui...

Son boxer commence déjà à s'imprégner de son désir pour elle et sa hampe se tend un peu plus chaque seconde.

Elle se colle à lui pour constater l'effet provoqué, son désir palpitant la fait chavirer. Elle se laisse doucement glisser à ses pieds, le libérant au passage de son charmant boxer. D'une langue experte elle commence à le sucer avec délice. Sentir sa queue se lover entre ses lèvres et l’aspirer au creux de sa bouche l'excite intensément. Elle aime cette sensation et le plaisir qu'elle lui procure la rend fébrile, ses sens s'affolent, ils s'entrechoquent. Son désir monte en flèche lorsqu’il s'empare d'elle avec force et douceur. Ce n'est plus seulement sa bouche et ses lèvres qui le suce mais son corps tout entier qui lui prodigue une sensuelle fellation. Maria suit le rythme du plaisir de Fred. Ses gestes se calquent sur les siens pour le suivre au mieux et s'y accorder, le faire monter et tournoyer.

 

Elle désire le maintenir le plus longtemps possible dans cet état semi orgasmique. Elle le sent qui s'abandonne sous sa caresse. Il est en confiance et la laisse jouer tendrement avec ses bourses, de ses doigts qui les cajolent, et de ses lèvres qui les sucent, les aspirent. Ses gémissements s'intensifient jusqu'à emplir la pièce toute entière.

Après un long moment à subir ces douces tortures il jouit entre ses lèvres, lui offrant sa semence dans un long râle de plaisir.

 

La suite leur appartient et pourtant je vous raconte la façon dont il l'a fait jouir à deux reprises avant de lui-même retrouver toute l'ardeur nécessaire pour l'honorer de sa queue. Je vous laisse imaginer un peu et je vous fais confiance pour deviner ses attentions. Votre esprit s’égare et il visualise les caresses et les mots qu’il lui offre pour lui faire atteindre la jouissance. Il joue avec son plaisir, prenant le risque de lui déplaire à trop la rendre impatiente.

Sa queue dignement tendue est maintenant prête à bien des délices pour la combler à nouveau de plaisir.

 

Malgré toute la jouissance déjà atteinte leur faim l'un de l'autre n'est pas rassasiée et le désir de combler ce vide est intense. Ce même vide pourtant si plein de cette attirance qui les a littéralement kidnappé ce matin. Ils sont les bienheureuses victimes d'un tourbillon de sensation, à la façon d'un feu d'artifice de plaisirs sans fin.

Elle a envie qu'il la baise et elle le lui dit, c’est un peu cru comme approche mais c'est son Envie du moment....

 

Cette demande l'excite davantage. Il la prend juste là sur la table basse après l'avoir faite installer dans une position à son goût. Elle se retrouve à quatre pattes sur le bois tout doux. Sa fleur lui est ainsi offerte à une hauteur parfaite pour sa hampe gonflée. Il aura une totale maîtrise de ses mouvements, de ses sensations et de son plaisir...du sien également.

Elle sent son ventre et son corps tout entier qui le réclame. Elle a ce désir de le sentir en elle, son pouls s’accélère. Sa respiration devient irrégulière, elle lui réclame sa queue et il aime qu'elle le fasse.

D’un mouvement plein d’attention il la pénètre, elle sent son membre l’emplir toute entière avant de glisser à nouveau hors de sa chatte désireuse. Il joue ainsi un petit moment, la laissant dépendante de ses va-et-vient en son antre humide qui laisse sensuellement s’écouler entre ses cuisses son nectar translucide. Il s’échappe tel un flot sans fin issu de son désir pour lui.

 

De ses mains il flatte sa nuque, son dos, et ses fesses. Sa main gauche glisse sur son ventre puis descend peu à peu à la recherche de ses lèvres et de son clitoris bandé.

Son autre main est au creux de ses hanches, il la maintient fermement tout contre lui, sa queue ancrée en elle, entrant et ressortant avec avidité, désir et passion.

 

Ses doigts ont trouvé son petit bouton, il est prêt à éclore.

Elle est à bout de souffle et prête à lui offrir sa jouissance, il glisse ses doigts entre ses lèvres pour recueillir un peu de mouille qu’il porte aux siennes, il la goutte, la savoure avant de venir les replonger dans sa grotte brûlante.

Il pince un peu son clito entre deux de ses doigts puis entame une danse sur lui, autour de lui tout en continuant à la prendre. Ses mouvements se font plus rapide et son envie plus forte. Elle perd pied et la jouissance s’empare d'elle. Au loin elle perçoit les cris d’une femme qui partage son plaisir, criant sa jouissance. Cette femme c’est elle ! Ce plaisir qui la submerge c’est le sien !

Un râle plus sourd mais tout aussi intense sort de la gorge de Fred, il jouit en elle, d'elle, il jouit pour elle…

 

Si vous saviez ce qu'elle a aimé la vivre cette envie là !

Écrire commentaire

Commentaires: 6
  • #1

    Raphaël (jeudi, 15 juillet 2010 18:01)

    Cette photo... c'est Lyon, n'est ce pas ?

  • #2

    Julie Timorées (mardi, 20 juillet 2010 18:56)

    Effectivement, c'est bien Lyon sur ce montage Raphaël :D
    Bien vu!

    Julie...

  • #3

    soloist (lundi, 13 septembre 2010 21:03)

    Effectivement Willow en fond durant la lecture est plus...delectable, il faut bien l'avouer.
    Merci pour cette invitation Belle Julie ;o)

  • #4

    Julie Timorées (vendredi, 17 septembre 2010 15:18)

    Bonjour Soloist,

    Heureuse que tu sois venu et qu'en plus tu ais aimé
    Je t'avais bien dit que "Willows" en fond était appréciable :)

    N'hésites surtout pas à prendre des parts de leur production toi aussi si le cœur t'en dit ;)
    ( http://fr.akamusic.com/willows )

    De rien pour l'invitation en tout cas ;)
    Au plaisir Soloist

    Julie...

  • #5

    Bastien (vendredi, 22 juillet 2016 22:47)

    Hummmm .....

  • #6

    Bastien (vendredi, 22 juillet 2016 22:50)

    Ce moment où l'on croise une personne et plein d'envies vous traversent l'esprit'!!!

Julie Timorées, tous droits réservés